Quand les bulles font des déchets…

FIFI,VINCENT

Page 22

Jeudi 10 décembre 2009

Intercommunales Les projets de l’IBW avancent

On peut penser que placés dans certaines conditions, les déchets font des bulles. Mais en Brabant wallon, de manière beaucoup plus régulière, ce sont les bulles qui font des déchets. D’où le coup de gueule, mercredi lors de l’assemblée générale de l’Intercommunale du Brabant wallon (IBW), du président Bernard de Traux de Wardin.

« C’est un enfer, ça ne peut plus continuer, a-t-il expliqué. On gère 794 bulles à verre sur 292 sites. Et si 10.000 tonnes de verre ont été récoltées en 2008, on a également dû ramasser 170 tonnes de déchets illicites sur ces sites. Vous imaginez les coûts que cela entraîne ! Rien que pour les véhicules, cela fait 90.000 km par an pour aller nettoyer… »

Une étude met en évidence que 20 % des utilisateurs déposent les bouteilles et les caisses qui les contiennent à côté des bulles. La proportion de ceux qui abandonnent les contenants sur place après avoir jeté correctement les bouteilles est de 25 %. Seuls 55% des citoyens utilisent les bulles à verre en respectant les règles.

Pour remédier au problème, l’IBW va lancer une campagne de communication. Dans un deuxième temps, des hôtesses iront sur place pour rappeler leurs obligations aux utilisateurs. Avec un sourire de circonstance, ce qui ne sera plus le cas s’il est nécessaire de passer à une troisième étape. En effet, l’IBW demandera aux communes d’envoyer leurs fonctionnaires constatateurs. Ils seront plus discrets que les hôtesses, mais l’effet sur le portefeuille des contrevenants est garanti…

Heureusement, il n’y avait pas que des motifs d’énervement dans les communications du président de Traux hier à Genappe. Certains projets avancent, et c’est la cas du dossier du crematorium de Court-Saint-Etienne.

Le permis accordé fin août avait fait l’objet d’un recours de 11 riverains. Une réunion était programmée cette semaine et l’IBW a soumis aux trois contestataires présents un accord sur divers aménagements. Sont prévues la réalisation d’un écran végétal, et la construction d’un merlon de sécurité pour retenir les eaux. A ces conditions, les trois riverains se sont engagés à demander aux autres signataires du recours de se désister. Si le recours est retiré, la mise en service du crématorium peut être envisagée pour le début de 2011.

Bonne nouvelle aussi du côté du centre de tri broyage à implanter au fond de la carrière de Mont-Saint-Guibert. Le permis a été obtenu le 30 septembre et pour éviter des problèmes avec la nappe phréatique, un accord a été passé par l’IBW pour amener sur place 35.000 tonnes de terre.

Cela permettra de monter de 2 m le niveau actuel du sol. Le cahier des charges a été révisé en fonction, et il devrait être disponible pour les entreprises à la fin de l’année. Les soumissions seront remises pour le 1er mars 2010 tandis que l’acte d’acquisition du site, lui, sera passé dans les semaines qui viennent.