L’idée d’un vent citoyen

DE VOGELAERE, JEAN-PHILIPPE; SONON,CHRISTIAN

Page 20

Jeudi 29 octobre 2009

Région Plus de cinquante éoliennes d’ici à 2012 en Brabant wallon ?

Je suis toujours frappé lorsque j’emprunte la N25 de voir tous ces points rouges qui s’élèvent dans le ciel la nuit. Cela ne me dérange pas, mais je me dis que le vent n’a pas de frontières et que la question de l’implantation de nouvelles éoliennes devrait faire l’objet d’une réflexion globale. »

Le député fédéral PS André Flahaut fait ses comptes. Il existe déjà deux parcs éoliens en Brabant wallon (voir notre infographie). Et si l’on additionne tous les projets déposés ici et là, on pourra potentiellement se retrouver avec plus de 50 éoliennes dans le paysage brabançon d’ici 2012.

« Je demande un moratoire sur le sujet, annonce André Flahaut. Pour éviter la règle du n’importe quoi, n’importe comment, pour établir une cartographie, pour éviter l’encerclement par la périphérie (Seneffe, Gembloux, Lincent). Je pense aux paysages magnifiques dont nous disposons dans la Jeune Province, mais aussi au démantèlement de toutes ces installations d’ici une vingtaine d’années. Il ne faudra pas que cela devienne des chancres. »

Le député PS est également favorable à une prise de responsabilités des pouvoirs publics : « Je ne suis pas contre les initiatives privées, mais je souhaite que ce soit toujours le public qui ait la majorité des parts. Une manière de générer un produit d’exploitation à réinvestir dans des projets collectifs. Pourquoi pas des crèches de zoning ? »

De son côté, le Bousvalien, spécialiste du secteur, Jean-François Mitsch, plaide pour « des éoliennes citoyennes. En associant 1.400 familles, il faut 260 euros par famille pour financer une éolienne, le solde via des banques et des subsides. Cette somme est moindre que ce qu’une famille débourse par an pour payer l’énergie à ses producteur et fournisseur. La question est donc de savoir si l’on souhaite laisser le seul marché s’emparer des grands enjeux de ce siècle. Il est temps de construire un partenariat public-privé-citoyen. »

Il reste qu’en l’absence de stratégie globale, Christian Radelet, le fonctionnaire délégué de la Région wallonne qui octroie ou non les permis en concertation avec le fonctionnaire technique, continue à travailler au cas par cas en s’appuyant sur les avis d’experts.

Parmi ceux-ci, Jean-Serge Balthazar (direction générale de l’architecture et de l’urbanisme), qui se base sur une cinquantaine de critères non contraignants : « Mais je reçois aussi des demandes non officielles. Parfois, ce sont les agriculteurs qui veulent en savoir plus sur la faisabilité d’un projet, parfois c’est “Vents de raison”, une ASBL qui se bat contre l’éolien, qui me prévient qu’un autre menace de fleurir. »

Vers une planification

Désireux de mettre fin à cette croissance sauvage, Philippe Henry (Écolo), le nouveau ministre wallon de l’Aménagement du territoire, a annoncé qu’il allait amorcer, en collaboration avec son collègue, le ministre de l’énergie Jean-Marc Nollet (Écolo), une réflexion visant à revoir le cadre de référence pour l’implantation d’éoliennes en Région wallonne : « La préservation d’un cadre de vie de qualité, une éventuelle programmation de zones de développement éolien ainsi qu’une politique foncière pour rentabiliser au mieux l’espace disponible y seront abordées. »

Pour Jade Charouk, le facilitateur éolien pour la Région, « il y a deux options possibles. Soit on resserre simplement les boulons, soit on impose une planification plus rigoureuse. » Car, au-dessus de toutes nos têtes plane le plan wallon de maîtrise durable qui préconise, pour 2020, l’implantation de 500 éoliennes minimum (environ 1.000 mégawatts de puissance nominale) : « Nous y serons dès 2013 ou 2014. Le territoire compte aujourd’hui 145 éoliennes affichant une puissance de 272 MW, auxquels s’ajoutent 245 MW autorisés. Or, des projets pour 223 MW sont en attente de leur permis, tandis que d’autres, pour 622 MW, font l’objet d’une étude d’incidences… »

Air Energy sort du bois à Walhain

Nous étions en discussion autour de plusieurs sites potentiels depuis 2002, mais l’administration communale de Walhain nous avait demandé de patienter afin d’avoir une vue générale sur les différents projets et d’y réfléchir à tête reposée. Mais aujourd’hui, puisqu’Alternative Green a dévoilé le sien à la limite de Gembloux et a même déjà terminé son étude d’incidences, nous avons décidé de nous manifester également. Nous rencontrerons la population ce jeudi soir afin d’en débattre… » (1)

En tant que responsable du projet pour Air Energy, Florence Posschelle expliquera elle-même de quoi il retourne. « Le site que nous visons et pour lequel nous avons déjà des pré – accords avec les agriculteurs est situé sur un axe perpendiculaire à la Nationale 4, le long de la limite entre Walhain centre et Nil-Saint-Vincent, explique-t-elle. Nous prévoyons d’y installer entre cinq et sept éoliennes d’une hauteur totale de 122 mètres (NDLR : contre 150 pour celles de Perwez) et d’une puissance maximum de 2,5 mégawatts par éolienne. C’est l’étude d’incidences, qui démarrera au lendemain de cette réunion, qui déterminera s’il est préférable de les aligner ou de les disposer en grappe. Nous écouterons bien sûr également l’avis des riverains sur ce point. »

Des notions de

co-visibilité à respecter

Pas question cependant pour Air Energy de venir en force pour imposer quoi que ce soit. Selon Florence Posschelle, ses six parcs en fonction (Perwez, Sombreffe, Villers-la-Ville, Mettet, Pont-à-Celles et La Bruyère) ont tous fait l’objet d’une bonne concertation avec les cultivateurs et les habitants : « Bien sûr, si la Région wallonne accorde à Alternative Green un permis pour une partie ou la totalité de son projet à Baudecet et Ernage, nous réétudierons le nôtre. Il y a des notions de co-visibilité à respecter. »

Rappelons qu’il existe encore trois autres projets à Walhain – dont un émane également d’Air Energy –, situés au nord-est de l’autoroute E411, mais que ceux-ci sont bloqués par la Défense nationale parce qu’ils entrent dans la zone d’exclusion de la base de Beauvechain. Florence Posschelle : « Cela ne doit pas nous empêcher d’étudier d’autres sites. La Région wallonne préconise 500 éoliennes d’ici 2020 et seulement la moitié sont installées ou en passe de l’être… »

(1) À 19h, à la salle des Boscailles.

PROJETS EN MARCHE

Walhain

Alternative Green ayant sollicité un permis unique pour la construction et l’exploitation d’un parc de sept éoliennes (total : 17,5 mégawatts) aux hameaux de Beaudecet et Diquet, dont trois à Walhain et quatre à Ernage (Gembloux), le projet fait l’objet d’une enquête publique qui se clôturera le 13 novembre. Le dossier peut être consulté à l’administration communale chaque jour ouvrable de 9 h à 11 h 45.

Marbais

C’est ce mercredi 28 octobre qu’ont commencé les travaux d’aménagement du terrain pour l’implantation, par Air Energy, de trois nouvelles éoliennes, ce qui portera à onze le nombre de moulins du parc villersois.

Ramillies, Orp-Jauche

L’étude d’incidences relative au projet de dix-sept éoliennes, dont trois à Ramillies, cinq à Folx-les-Caves et les autres sur Boneffe (Eghezée), venant de se terminer avec son volet automnal, Air Energy déposera sa demande de permis unique en janvier ou février 2010. (Ch. S.)