Rendons grâce à MONSIEUR L’archevêque

GUTIERREZ,RICARDO

Page 2

Mardi 19 janvier 2010

L’avènement de l’archevêque Léonard est une bénédiction pour les apôtres de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, au royaume de Belgique.

Le prélat namurois a eu beau se poser en fidèle héritier du consensuel Godfried Danneels. Il doit surtout sa désignation à ses affinités avec l’entreprise de restauration conservatrice que mène le pape Benoît XVI, en souverain au pouvoir absolu.

Certes, comme le rappelle la communauté Sant’Egidio, M. Léonard s’est montré favorable à la régularisation des sans-papiers, poussant la miséricorde jusqu’à ouvrir aux demandeurs d’asile les portes de son palais épiscopal, à Namur.

Certes, comme le plaident les Frères de la Charité, le prélat passe chaque veillée de Noël dans le centre psychiatrique Saint-Martin que la communauté gère à Dave.

Sensible à la détresse humaine, l’homme n’en reste pas moins un militant du catholicisme pur et dur. Moderne par l’approche, mais ancré dans la tradition « véritable ». Un prélat plus nuancé, sans aucun doute, que ne le suggèrent les étiquettes qui lui collent à la soutane.

Nous l’avons écrit, en ces colonnes : sa désignation répond à une logique implacable. Qui marque une rupture franche avec le consensualisme d’un Danneels. Qui réaffirme des valeurs traditionnelles dominantes, au sein de l’Eglise universelle.

André Léonard, en somme, c’est le vrai visage de l’Eglise catholique, apostolique et romaine.

Il est des chrétiens qui ne se reconnaissent guère en ce nouveau « pasteur ». Il leur revient de contester les courants traditionalistes qui l’ont porté. De tenter d’infléchir la doctrine d’un appareil d’Eglise qui ne refléterait plus l’ouverture d’esprit des communautés chrétiennes de base.

Pour tous les autres, en revanche, notamment pour les tenants d’une stricte séparation de l’Eglise et de l’Etat, l’avènement d’André Léonard a l’immense avantage de clarifier le débat public. De le tonifier, sur les questions morales et éthiques. Grâce lui soit rendue !