Résilier sans frais dès le 1er octobre

BELGA; GEELKENS,MELANIE

Page 28

Vendredi 22 juin 2012

Télécoms Les « petits » opérateurs ravis

Ce jeudi, la Chambre n’a pas seulement voté la scission de Bruxelles-Hal-Vilvorde (lire en page 4). Elle s’est également penchée sur un dossier un peu moins polémique (quoique), mais sans doute beaucoup plus concret aux yeux des citoyens : la loi télécoms.

On l’attendait depuis plus d’un an, elle a enfin été adoptée. Et elle augure d’importants changements pour les consommateurs. Dont celui-ci, principalement : dès le 1er octobre prochain (le temps pour les firmes de s’adapter techniquement), les clients pourront changer sans frais d’opérateur de téléphonie fixe, mobile, internet ou télévision, pourvu que leur abonnement ait été conclu au moins six mois auparavant.

Au-delà de cette mesure phare, la loi télécom donne aussi la possibilité aux utilisateurs d’être gratuitement avertis en cas de dépassement d’un certain plafond (minutes ou mégabytes, par exemple), de pouvoir mettre fin à leur contrat par tous les moyens et plus uniquement par recommandé ou encore de recevoir des fiches standardisées, récapitulant les différents services offerts par un fournisseur, afin de pouvoir déterminer facilement si l’herbe est ou non plus verte ailleurs.

En encourageant la versatilité des consommateurs, les pouvoirs publics espèrent ainsi provoquer une bataille des tarifs. « Impossible de savoir si ce sera le cas ou non, estime David Wiame, spécialiste télécom chez Test-Achats. Mais les opérateurs savent se montrer très créatifs et le risque, c’est qu’ils parviennent à mettre sur pied une “entourloupe” pour inciter leurs clients à ne pas partir… »

Si la mesure a de quoi faire grincer les dents du leader Belgacom, qui risque le plus gros dans cette affaire, d’autres « petits » joueurs se frottent les mains, ravis de voir là un moyen d’attirer plus facilement une nouvelle clientèle. « Cela fait des années qu’on lutte pour davantage de concurrence, assure Florence Muls, porte-parole de KPN (Base). Difficile d’évaluer l’impact de ces décisions. Mais les chiffres actuels montrent déjà une migration de Proximus vers Mobistar et Base. » « En tant que dernier arrivé sur le marché, nous avons le sentiment que tout ce qui peut inciter les personnes à changer ne peut nous être que positif », ajoute Patrick Blocry, directeur de la communication chez Voo.

Reste à savoir si les Belges, ayant la réputation de se montrer plutôt fidèles vis-à-vis de leurs fournisseurs historiques, auront réellement envie de changer de crémerie…

Des tarifs mobiles en baisse, en Belgique comme à l’étranger Les prix de la téléphonie ne semblent

Des tarifs mobiles en baisse, en Belgique comme à l’étranger

Les prix de la téléphonie ne semblent pas avoir attendu l’adoption de la loi télécoms pour poursuivre sur leur courbe descendante. L’Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT) souligne, dans son rapport 2011 présenté ce jeudi, que les tarifs des lignes fixes ont baissé de 5 % en un an (4,31 centimes/minute contre 4,54 en 2010). Idem pour le prix des communications mobiles, qui recule de 12 % et atteint désormais 13,8 centimes la minute. Le prix d’un SMS, toujours selon l’IBPT, tourne en moyenne autour des 2 centimes.

Par ailleurs, dès le 1er juillet prochain, utiliser son GSM depuis ou vers l’étranger coûtera moins cher (Le Soir du 11 mai 2012). Le Parlement européen a décidé de plafonner les tarifs des appels, des SMS mais aussi, pour la première fois, de l’Internet mobile. Concrètement, un coup de fil passé lors de ses vacances sous le soleil ne pourra pas être facturé plus de 29 centimes la minute hors TVA (contre 35 centimes auparavant). Quant aux appels reçus et aux SMS, ils passeront de 11 à 9 centimes.

Bonne nouvelle : ces diminutions ne font que commencer. D’ici 2014, un appel émis depuis un autre pays européen ne dépassera plus le 0,19 euro, un appel reçu ou un message coûtera maximum 0,06 euro, tandis qu’un Mb téléchargé ne s’élèvera plus qu’à 0,20 euro.