Rien sous le sapin des fonctionnaires wallons

GHESQUIERE,DENIS

Page 3

Vendredi 3 décembre 1999

Rien sous le sapin des fonctionnaires wallons

Les fonctionnaires wallons ont moins de chance que leurs collègues fédéraux, qui, eux, recevront leur prime de fin d'année à la fin de l'année. La Région estime n'avoir pas les moyens de faire ce petit cadeau à ses agents.

A la fin du mois dernier, la vice-première Laurette Onkelinx (PS) avait joué à la «Mère Noël» en intercédant efficacement pour l'octroi de cet avantage aux fonctionnaires fédéraux. On ne peut d'ailleurs pas parler d'une faveur, s'agissant de renoncer à une mesure d'austérité devenue une habitude au fil des ans.

Depuis, les services ministériels ont vu affluer des centaines de demandes suppliantes émanant de fonctionnaires pour lesquels la période des fêtes était compromise par une fin de mois difficile...

Bien sûr, les syndicats ont réclamé le retour à la normale pour les autres. Notamment pour les agents de la Communauté française et les enseignants. La CGSP a fait la même démarche auprès du ministre wallon de la Fonction publique, Jean-Marie Severin (PRL), qui en a fait part à ses collègues.

C'est non. La question avait déjà été abordée, en octobre, à l'examen de la modification budgétaire. Selon nos informations, le refus a été confirmé au conseil des ministres de jeudi.

L'opération coûterait 296 millions. Il serait difficile de prendre dans les temps un arrêté qui devrait être soumis au Conseil d'État. Et plus encore d'établir une nouvelle injustice avec la Communauté française, où cette mesure coûterait trois milliards.

Néanmoins, des dispositions seraient prises pour que le versement de la prime intervienne dès le 3 janvier. Et l'on promet d'examiner très sérieusement le problème pour revenir à une prime de fin d'année digne de ce nom - au prix d'une dépense non-récurrente - pour les réveillons de 2000, au vrai seuil du prochain millénaire...

D.Gh.