ROI DANDY ET CONTESTATAIRE

BAILLY,MICHEL

Page 23

Samedi 21 octobre 1989

Le 20 janvier 1936, David, prince de Galles,

devenait le roi Edouard VIII d'Angleterre.

Le 11 décembre de la même année, pour épouser

la femme de son choix, il signait l'acte

de son abdication. Ce fut assurément

une belle histoire d'amour.

Et aussi un drame politique et de moeurs.

A LA SOURCE de ce geste retentissant se trouvait une femme, Wallis Warfield, une Américaine de Baltimore, divorcée du lieutenant Spencer, de l'aéronavale US, et remariée à un riche homme d'affaires, M. Simpson. Les époux étaient, pour lors, engagés dans une procédure en divorce.

A l'époque, le divorce était encore tenu pour un écart fâcheux. Qu'un roi d'Angleterre fréquentât une divorcée et envisageât de l'épouser était une singularité qui offrait à la malveillance la plus ordinaire et la plus répandue une irrésistible tentation de scandale.

Dans le peuple, la curiosité était vive pour ce défi qu'un souverain se proposait de lancer à un code de moralité auquel il était, davantage que ses sujets, contraint par sa gloire dans le même temps que la puissance de son trône semblait lui donner ouverture au dédain des lois communes.

Le prince de Galles, devenu Edouard VIII, avait su gagner l'adulation populaire par un mélange de brio, de désinvolture non-conformiste et de bonhomie. Elégant, brillant causeur, il s'était montré avec succès dans tous les pays de l'empire britannique. L'audace sentimentale et matrimoniale du Roi n'éteignit pas la faveur des Anglais encore que l'accession de celui-ci au trône colora bientôt de politique la romance de conte de fée.

Par contre, ce qui ne fit qu'égratigner l'effervescence romantique du grand public indisposa vivement la famille royale et le monde politique britanniques. La reine Mary, dont le roi était le fils, l'archevêque de Cantorbéry, le Premier ministre Baldwin refusèrent absolument qu'Edouard VIII épousât une divorcée. C'est que le souverain britannique n'était pas seulement roi d'Angleterre et d'Irlande et empereur des Indes. Il était encore le défenseur de la foi. Baldwin consulta ses ministres et tous ceux du Commonwealth. La condamnation fut unanime. Un mariage morganatique, solution évoquée par des amis du roi, tel Churchill, fut pareillement écartée.

Avant de passer en France à bord du contre-torpilleur Fury, l'ex-roi, devenu le duc de Windsor, communiqua à ses concitoyens, en une adresse émouvante, qu'il avait estimé ne pas pouvoir s'acquitter de sa tâche royale sans le soutien de la femme qu'il aimait.

Le prince contestataire avait imposé les raisons du coeur à la raison d'Etat. Mais le prince charmant avait été contraint d'abandonner le château et les féeries royales. La légende, au demeurant, fut soutenue par la fidélité que conservèrent l'un pour l'autre le duc et la duchesse de Windsor qui s'étaient mariés, en France, le 3 juin 1937.

Pour le duc, ce fut en 1972 que la mort mit fin à l'exil doré et à la belle histoire d'amour. La duchesse mourut le 24 avril 1986.

Des commentateurs ont contesté que le drame d'Edouard VIII ait eu pour noyau essentiel un affrontement entre des inclinations romantiques et le puritanisme anglo-saxon. Dans le numéro de décembre 1986 d'Historama, James Mac Cearney avance que ce fut heureux pour l'Angleterre, en cette veille de la Deuxième Guerre mondiale, qu'Edouard s'obstina dans son attachement cordial et renonça au trône. Il brosse du prince un portrait peu flatteur. Le successeur de Georges V aurait été un être superficiel et faible que dominait l'impérieuse personnalité de Wallis Simpson, pur produit de l'arrogante bourgeoisie d'argent de Baltimore.

Dans ses velléités contestataires, le roi se serait, trop souvent, montré maladroit, jusqu'à afficher des sympathies pour Mussolini et le souhait de discuter avec Hitler. Cearney écrit: Ils (le couple ducal) étaient mieux faits pour régner sur le Tout-Paris ou le Tout-New York que sur l'empire britannique.

Leur histoire d'amour fut assurément attendrissante. Peut-être ne fut-elle pas royale.

MICHEL BAILLY.

«Un royaume pour Madame Simpson»: RTL/TVI, 21 h 10.