« Tous les Liégeois sont concernés »

WAUTERS,LAURENCE

Page 19

Jeudi 26 novembre 2009

Seraing Urbagora demande une mobilisation pour le redéploiement urbanistique

A Seraing se joue l’avenir de Liège » déclare l’ASBL Urbagora qui a présenté ce mercredi ses réflexions sur le projet de redéploiement urbanistique de la cité du Fer. Avec, en toile de fond, un appel à focaliser toutes les énergies. « La reconversion de la vallée serésienne est un enjeu majeur, central, essentiel, lance François Schreuer, président de l’ASBL. Les ambitions urbanistiques affichées par la Ville de Seraing sont remarquables et méritent, dans l’ensemble, d’être défendues. Mais le projet est peut-être un peu grand en fonction des moyens dont dispose la Commune ». Et de solliciter « une solidarité accrue envers Seraing de la part de la Région », notamment via un renfort d’investissements dans les transports en commun et les modes doux.

Les points développés par l’ASBL sont susceptibles de séduire le plus grand nombre, de tous bords politiques. Beaucoup rêvent, par exemple, d’un pont moins stupidement placé à Seraing. Mais la question reste de trouver les fonds. « Un nouveau pont à Seraing, c’est 20 millions. C’est un 25e de gare Calatrava… Tous les Liégeois doivent prendre la mesure de l’enjeu et faire de Seraing une priorité. C’est la plus importante reconversion urbanistique de Wallonie, et une des plus grandes d’Europe ! ».

Sidérurgie. « Les hauts-fourneaux serésiens n’ont pas d’avenir, il faut lever l’hypothèque sidérurgique sur Seraing, déclare François Schreuer. Le jeu malsain des fermetures et ouvertures porte préjudice à tout le monde. Le rapport Laplace amène de la crédibilité à l’hypothèse d’une localisation de toute la ligne à chaud à Chertal et cette option est d’autant plus défendable que l’agrandissement de l’écluse de Lanaye est décidé ». Notons qu’Urbagora pointe, en cas d’option « Chertal », la nécessité d’améliorer la desserte ferroviaire du site et du Trilogiport.

Train/tram. Urbagora explique que le « rôle considérable » du boulevard urbain risque d’être hypothéqué par le manque d’un site propre pour les transports en commun. « On parle de 6 millions de surcoût ? Si c’est confirmé, il est du devoir du gouvernement wallon de dégager rapidement un budget pour se réserver la possibilité d’implanter un site propre. Nous interpellons à ce sujet le ministre Henry. Pas besoin de le créer de suite, mais qu’on conserve l’espace nécessaire ! ». Urbagora revient en outre sur l’idée d’implanter une gare place de l’Avenir : « Pas un mini-Calatrava, mais quelque chose de fonctionnel ». Et répète que le tram et le train ne sont pas opposables : « La ligne 125a doit s’inscrire dans le futur RER liégeois et, partant, ne doit pas avoir plus de 3 arrêts sur Seraing. Il est illusoire de penser satisfaire la demande future avec trois points d’arrêt ».

Foire internationale de Liège. Un duo « Dehousse-Mathot » travaillerait à l’implantation de la foire internationale de Liège dans les « ateliers centraux » d’Ougrée. « Ca permettrait de rendre vie à un chancre urbain et de donner un nouveau pôle d’attractivité à Ougrée », avance François Schreuer. Et ça dégagerait Coronmeuse, dont l’ASBL voudrait voir les espaces verts préservés.

Communauté urbaine. À défaut de communauté urbaine, Urbagora propose que Liège se dote d’un outil urbanistique semblable à Ériges, la régie communale autonome de Seraing composée de représentants politiques de tous bords, d’urbanistes et d’architectes. « Ca éviterait, lorsqu’on veut aborder la question du cheminement piétonnier entre le parc d’Avroy et le parc de la Boverie dans les plans futurs par exemple, d’avoir à faire à cinq institutions différentes qui travaillent sans concertation ».