Boulevard pas assez urbain

MOREL,PIERRE

Page 19

Mercredi 4 mai 2011

Seraing Pour UrbAgora, le boulevard urbain doit être revu

L’ASBL UrbAgora, groupe citoyen de réflexion sur l’urbanisme et la mobilité, a remis un avis au picrate dans le cadre de l’enquête publique sur le projet de boulevard urbain sérésien. Cette longue artère devant servir d’épine dorsale au Masterplan en reliant le bas de Seraing au bas d’Ougrée fait l’objet d’une demande de permis déposée par le SPW-Routes.

Pour UrbAgora, c’est simple, le projet présenté est « insatisfaisant » et « doit être revu en profondeur ». « Ce boulevard n’a hélas rien d’urbain, estime Noé Lecoq pour l’ASBL. Tel quel, c’est un aménagement de zoning qui est pensé uniquement pour la circulation automobile tandis que les modes doux sont complètement secondaires. »

Parmi les griefs de l’ASBL, il y a cette berme centrale séparant, sur la plus grande partie du boulevard, les deux sens de circulation. « Cela a pour corollaire une restriction importante des possibilités de traverser la voirie par les piétons, lit-on dans l’avis d’UrbAgora. Par ailleurs, cela ne permet pas la mise en place de tourne-à-gauche pour les voitures et impose donc un recours massif aux ronds-points. » Et pour l’ASBL, ces ronds-points limitent le ralentissement des véhicules à l’entrée des carrefours et s’ils fluidifient la circulation, c’est « au détriment de la sécurité des usagers faibles ».

Par ailleurs, UrbAgora regrette la faiblesse des aménagements cyclables : « Le choix de placer la circulation des vélos sur des trottoirs partagés nous semble mauvais car insécurisant pour les cyclistes comme pour les piétons. Il serait préférable de créer des pistes cyclables tout le long du boulevard. »

Enfin, UrbAgora déplore que, sur la majeure partie du boulevard, on n’ait pas prévu de site propre pour les transports en commun. « On nous a répondu que la demande actuelle en transports ne justifiait pas cela mais on doit être proactifs et imaginer ce qui se passera si le Masterplan fonctionne et redensifie l’habitat ».

« Je respecte l’avis d’Urbagora, mais ne partage pas leur analyse, estime pour sa part le bourgmestre de Seraing Alain Mathot (PS). On peut toujours discuter mais ce boulevard est le fruit du travail de bureaux d’études spécialisés en urbanisme et en mobilité. Ce qu’UrbAgora a aussi tendance à oublier, c’est la contrainte budgétaire. Pour un site propre bus, par exemple, la Région wallonne n’a tout simplement pas assez d’argent ! »