STALPORT RESTE DANS UNE RTBF EN PROIE AU MALAISE

SIMON,CHRISTINE

Page 24

Samedi 6 avril 1996

Stalport reste dans une RTBF

en proie au malaise

Considérant que les faits qui me sont reprochés n'ont aucun rapport avec mes fonctions d'administrateur général de la RTBF, j'ai décidé de continuer à assumer normalement mes fonctions.

Dans une lettre circulaire adressée à l'ensemble du personnel de la RTBF, Jean-Louis Stalport ne marque pas une hésitation. Avec une pointe d'amertume, il explique cependant : Ce 5 avril 1996, la Cour de cassation m'a condamné pour faux en écritures commis en 1989 dans l'exercice de mes fonctions de chef de cabinet du ministre de la Région bruxelloise. (...) Je considère ne pas avoir eu droit à un procès équitable. J'ai donc décidé d'introduire un recours devant la Cour européenne des droits de l'homme.

Une décision appuyée, à titre personnel, par Edouard Descampe, président du conseil d'administration de la RTBF.

- A titre personnel, nous explique-t-il, car je vais réunir la semaine prochaine (ndlr : le samedi 13) le comité permanent. Je souhaite ardemment que Jean-Louis Stalport puisse continuer à exercer sa fonction parce qu'il le fait avec énormément de compétence.

Espérant que des esprits chagrins ne majoreront pas le handicap provoqué par la condamnation, le président de la RTBF pense qu'un conseil d'administration pourrait être convoqué avant le 29 avril, date prévue pour la prochaine réunion.

- Le jugement est peut-être sévère, estime Jean-Marc Nollet, vice-président Ecolo, mais la justice a pris une position claire par rapport à un système de pratiques politiques.

Regrettant la prise de position à chaud de Jean-Louis Stalport, le représentant des Verts réclame un débat au sein du conseil d'administration.

- La condamnation de Stalport, premier responsable de la RTBF, ne déforce-t-elle pas l'institution ?, se demande Nollet.

Une question que certains collaborateurs de la RTBF se posaient aussi vendredi soir...

C. S.