STIB : une grève sauvage perturbe les bus

n.c.

Mardi 27 avril 2010

Une grève sauvage dans un des trois dépôts de bus de la STIB à Bruxelles perturbe, depuis mardi matin, la circulation des bus de près d’une vingtaine de lignes.

Les usagers de ces lignes sont invités à privilégier le métro et le tram pour se déplacer, a expliqué à Belga le porte-parole de la Stib, Jean-Pierre Alvin.

Environ un bus sur trois des lignes 13, 14, 20, 46, 48, 49, 50, 53, 54, 75, 78, 84, 86, 87, 88, 89, 95 et 98 circule actuellement, a précisé M. Alvin.

La grève sauvage, entamée ce mardi matin, est liée à des problèmes de discipline et de matériel roulant. Une « manière de faire » réprouvée par la direction car le dialogue est permanent pour ce type de problème qu’il faut régler « au quotidien », a souligné le porte-parole.

« Un peu moins de la moitié des bus sont restés au dépôt depuis ce matin », a précisé une porte-parole de la STIB. Du côté de la CGSP, on parle d’un tiers des bus.

Les lignes desservant les communes d’Anderlecht et de Molenbeek sont principalement touchées.

Discussions en cours entre responsables et syndicats

Les motifs en cause sont « des discussions très difficiles entre les représentants syndicaux et la hiérarchie locale ainsi qu’un ras-le-bol général », a déclaré Alex Vonck, de la Centrale générale des services publics (CGSP). Des discussions étaient en cours dans la matinée entre des représentants des trois organisations syndicales et la direction du service concerné.

Pour la CGSP, il ne s’agit pas d’une grève sauvage, mais d’ » une action spontanée de mauvaise humeur générale ». Selon Alex Vonck, le dialogue est très difficile entre les représentants syndicaux et la hiérarchie locale, qui ne tiendrait pas compte des doléances des syndicats et qui serait peu souple et peu compréhensive.

« De plus, deux agressions ont eu lieu ce week-end pour lesquelles je n’ai pas plus de détails. Je sais cependant qu’elles n’ont pas reçu l’attention qu’elles méritaient », a-t-il expliqué. En cas d’agression d’un conducteur de la STIB, une procédure est prévue et il semble qu’elle n’ait pas été suivie comme il se doit.

Des discussions sont en cours, mais « la direction ressources humaines de la STIB bloque le dialogue en adoptant une attitude déplacée et en n’acceptant pas l’action des syndicats », conclut Alex Vonck.

(belga)