Télévision par satellite - Malgré l'offre de Be TV, de nombreux Belges bravent l'interdit Les bouquets entrent en fraude « Be TV a le meilleur » REPÈRES

VAN ROEY,LAURENT

Page 29

Mardi 14 décembre 2004

Télévision par satellite - Malgré l'offre de Be TV, de nombreux Belges bravent l'interdit

Les bouquets entrent en fraude

* Quelques milliers de Belges recevraient TPS ou CanalSat. En toute illégalité et de manière hasardeuse. Les concurrents français pourraient fusionner.

LAURENT VAN ROEY

PARIS

Noël approche, TPS et CanalSatellite intègrent une bonne partie de leurs nouveaux clients pendant cette période stratégique. Parabole offerte, 3 mois gratuits, satisfaits ou remboursés, 110 euros de remise...

Certains Belges s'intéressent de plus en plus à cette offre de complément, que les chaînes françaises traditionnelles valorisent à grand renfort de publicité. Du côté des bouquets français, les dirigeants n'aiment pas trop communiquer à ce sujet. Il n'est en effet officiellement pas permis de s'abonner à CanalSat ou TPS si on ne réside pas en France ou à Monaco. Il y a beaucoup de petits coquins et vous comprenez bien qu'on ne va pas mettre un flic derrière chaque abonné pour voir s'il habite vraiment en France, dit-on, amusé, au siège de TPS. Difficile en effet d'en vouloir à ceux qui vous donnent de l'argent. Pour s'en rendre compte, il suffit d'appeler le centre d'accueil téléphonique de TPS. Extraits.

Opératrice TPS : TPS, bonjour ! Vous désirez vous abonner à TPS en Belgique ? C'est tout à fait possible monsieur, il vous faut juste une adresse et un compte bancaire en France pour le prélèvement automatique. Client : En Belgique, c'est un peu compliqué mademoiselle ! Opératrice : Je comprends monsieur. J'ai une autre solution. Souhaitez-vous que je vous indique un distributeur français qui propose le paiement à l'année ? Client : Vous êtes très aimable mademoiselle, je l'appelle tout de suite.

Le distributeur à présent : Bonjour. Je peux vous proposer effectivement le paiement à l'année. Pour l'adresse en France, on s'en occupe. On met la nôtre et on vous la fournit gratuitement. Vous payez par carte bancaire et on vous livre le matériel en Belgique la semaine prochaine. Tout est expliqué sur internet. Vous imprimez le contrat, vous nous le renvoyez par fax ou par courrier.

En 15 minutes chrono, un Belge peut donc souscrire un abonnement à TPS. Des distributeurs CanalSat ou TPS agréés outre-Quiévrain établissent des abonnements à l'année en boutique ou directement sur internet. Surpin (1) établit des centaines de contrats avec l'adresse de son magasin en banlieue parisienne. Cette opération peut aussi se faire facilement chez un distributeur belge comme Chrisat ou LMPsat qui fournit au client une adresse bidon en France. Les promos ne sont pas toujours bien répercutées et en cas de panne ou de problème, le service clientèle de TPS n'envoie pas d'assistance hors de la France. Il vaut mieux négocier au préalable les éventuels pépins avec ces distributeurs belges. Le phénomène des cartes pirates est aussi en pleine expansion. Elles circulent sous le manteau et se revendent à des prix défiant toute concurrence. Totalement illégales : c'est la roulette russe ! Pour lutter contre ce fléau, les codes de cryptage évoluent et le téléspectateur peut très vite se retrouver face à un écran noir. Ce qu'ont connu des milliers de détenteurs de ces fausses cartes TPS au Maroc et en Algérie.

En Belgique, l'offre câblée est nettement plus large qu'au Maghreb. Mais pas tant que ça, si on en croit Arnaud qui habite dans le Brabant wallon. Il y a un mois, j'ai carrément lâché la télédistribution. Je me contente des deux RTBF que je reçois via la vieille antenne. J'ai 20 chaînes françaises avec le bouquet minimal de TPS à 11 euros par mois. J'ai donné l'adresse de mon frère, qui a une maison en Provence. Je n'ai plus les chaînes de RTL-TVI ou d'AB3 mais j'ai récupéré M6, TF6, LCI ou Teva dans l'offre de base. Ma femme, qui est italienne, reçoit les chaînes RAI et Mediaset. La télédistribution ne pouvait pas me donner autant de chaînes pour ce prix-là.

Vu qu'ils sont censés résider en France, aucun chiffre officiel ne recense ces abonnés fantômes qu'on estime d'après plusieurs vendeurs à près de 5.000 foyers.

Les deux opérateurs satellites, à la fois diffuseur de chaînes et éditeurs de contenus, ne payent que les droits pour la France. Et l'addition est déjà très salée dans l'Hexagone pour le groupe Canal, détenteur du bouquet CanalSat. Dernier épisode de la concurrence entre les deux groupes : les droits du foot français. Canal + a raflé la mise en mettant 600 millions d'euros annuels sur la table. La France est un des derniers pays en Europe qui compte encore deux plateformes satellitaires concurrentes. Bertrand Méheut, le président de Canal +, évoquait même lundi dans « Le Figaro » la nécessaire fusion à long terme des deux bouquets, voire l'acquisition de son concurrent. Si TPS est content de perdre, tant mieux pour elle, estimait quant à lui Michel Denisot, à la tête des sports de Canal +, hier sur Europe 1.

Dans ce contexte, le développement des bouquets français en Belgique n'est pas d'actualité pour ces deux groupes. Chez nous, c'est Be TV et son offre de Bouquets (lire ci-dessous) qui paye les droits pour qu'une partie de ces programmes soient visibles en toute légalité et sans parabole sur notre territoire. Mais cela n'empêche pas les fraudes...·

(1) Abonnements TPS ou CanalSat pour la Belgique : www.surpin.fr ; www.chrisat.be ; www.lmpsat.net

« Be TV a le meilleur » ENTRETIEN

LAURENT VAN ROEY

Patrick Blocry, responsable commercial de Be TV, réagit à la présence des bouquets satellites français sur notre territoire.

Le fait que des Belges s'abonnent à TPS et Canal Satellite est-il un phénomène inquiétant pour le développement de Be ?

C'est un phénomène assez marginal mais on reste très attentifs. Il y a des régions en Belgique dans lesquelles la pénétration du satellite est plus forte (zones rurales et frontalières). On sait aussi qu'un certain type de population plutôt aisée aime tester de nouveaux produits. Ce sont des gens qui n'ont pas peur de prendre le risque de payer un installateur si la parabole ne marche pas.

Que diriez-vous à quelqu'un qui serait sur le point de s'abonner à un bouquet français ?

Qu'il regarde Be Bouquets de plus près. Il verra qu'on s'est servi des points forts des deux opérateurs français pour construire une offre mieux adaptée au téléspectateur belge. Nous allions les points forts des chaînes éditées ou distribuées par CanalSatellite et TPS. Et tout se fait évidemment en Belgique. Du support technique au service après-vente en passant par l'interactivité et le pay per view. Le système du paiement à la séance serait impossible avec TPS ou CanalSat depuis la Belgique car leurs standards téléphoniques nous sont inaccessibles. Chez nous, tout est facile, transparent et bien entendu légal sans oublier que nous fournissons gratuitement le décodeur.

N'a-t-on pas beaucoup plus de chaînes avec les bouquets français ?

Chez nous, le taux de pénétration du câble est de l'ordre de 95 %. Contrairement aux Français, les Belges ont 40 chaînes depuis longtemps. En France, les bouquets fonctionnent avec une formule basique étendue dans laquelle on peut rajouter des options. Des études ont prouvé que le public belge attendait plutôt des bouquets regroupés par thématique. Les bouquets satellitaires français aiment communiquer sur le grand nombre de chaînes. Je reconnais qu'on est un peu en retard sur ce point mais il ne faut pas confondre quantité et qualité. Sans vouloir être prétentieux, on a toutes les chaînes fortes qui ont une vraie valeur ajoutée. On va continuer à se développer et à intégrer de nouvelles chaînes dans les Bouquets pour qu'à terme la solution du satellite ne soit même plus envisageable.·

REPÈRES

CanalSatellite. Le premier bouquet satellite français, filiale du groupe Canal +, compte plus de deux millions d'abonnés. Pour capter CanalSatellite, il faut une parabole branchée sur le satellite Astra 20 degrés Est et un décodeur compatible avec la norme Mediaguard. Points forts : les chaînes Planète, Treizième Rue, Jimmy, Canal J, Sport+ en exclusivité. Points faibles : des chaînes ciné peu performantes par rapport à celles de TPS, l'absence des exclusivités cinéma qui sont réservées en priorité à Canal +, l'absence de TF1 et M6. Internet : www.canalsatellite.fr

TPS. Fondé en 1996, TPS compte aujourd'hui près de 1,4 million d'abonnés. Les actionnaires sont TF1 (66 %) et M6 (34 %). Pour capter TPS, il faut une parabole tournée à 13 degrés vers l'Est sur le satellite Hotbird d'Eutelsat et un décodeur compatible avec la dernière norme Viaccess.

Points forts : la chaîne TPS Star et ses déclinaisons cinéma détiennent l'exclusivité de grands films américains au détriment de Canal +, les 6 chaînes nationales (sauf Canal) en qualité numérique, LCI, l'option TPS Premier League entièrement consacrée au foot anglais. Points faibles : un bouquet basique moins étoffé que celui de son concurrent et des chaînes enfants moins intéressantes, la perte des droits du championnat de France de football pour les saisons 2005-2008. L'opérateur pourrait d'ailleurs voir 300.000 personnes résilier leur abonnement. Internet : www.tps.fr