Terrorisme Trabelsi attaque l'Etat belge

DELEPIERRE,FREDERIC

Page 5

Jeudi 31 janvier 2002

Terrorisme Trabelsi attaque l'Etat belge FRÉDÉRIC DELEPIERRE

Vendredi, les conseils de Nizar Trabelsi, ce terroriste tunisien présumé, arrêté à Uccle le 13 septembre, vont introduire une action en référé contre l'Etat belge. Ils estiment que les conditions de détention de leur client (soupçonné d'avoir fomenté des attentats contre des intérêts américains en Europe) sont excessives.

Depuis qu'il est incarcéré à la prison de Forest, M. Trabelsi reçoit la visite d'un gardien à peu près toutes les dix minutes. Jour et nuit. Dès lors, la lumière est sans cesse allumée et éteinte. De même, le clapet en acier de la porte est tout le temps ouvert et fermé, faisant beaucoup de bruit, précise M e Mehdi Abbes. Cela fait maintenant un mois et demi que mon client attend le passage suivant de son gardien sans pouvoir dormir.

Pour M e Abbes, il s'agit d'une forme de torture psychologique. D'ailleurs, le juge d'instruction De Valkeneer avait autorisé mon client à voir un psy. L'administration pénitentiaire l'a laissé faire deux fois. Depuis, c'est terminé.

Plus loin, M e Abbes ajoute encore que son client n'a pu voir son épouse qu'à quelques reprises, alors qu'elle vient d'accoucher. L'homme serait aussi contraint de prendre des douches froides car il passe après tout le monde. Il n'aurait aucun contact avec les autres prisonniers et ne bénéficierait que de rares sorties au préau. Selon son conseil, il serait tombé en syncope récemment.

Bref, l'homme serait soumis à un régime carcéral draconien que son avocat estime contraire aux droits de l'homme. Récemment, la chambre du conseil a d'ailleurs abondé dans son sens: elle a demandé à l'administration pénitentiaire de veiller à ce que les conditions de détention de Trabelsi soient allégées. Requête restée sans suite.

Du côté de l'administration, on estime agir par mesure de sécurité: Trabelsi - dont le mandat d'arrêt a été confirmé mercredi - pourrait représenter un danger idéologique pour les autres détenus.