Thiéry : « Je ne serai pas nommé par Bourgeois »

VANOVERBEKE,DIRK

Jeudi 12 janvier 2012

Communautaire La périphérie bruxelloise vraiment pacifiée après la scission de Bruxelles-Hal-Vilvorde ?

Trois bourgmestres à facilités de la périphérie bruxelloise, ceux de Crainhem, Wezembeek-Oppem et Linkebeek, élus en 2006, n’ont pas été nommés par la tutelle flamande. Selon le gouvernement flamand, ils ont commis la faute de ne pas se soumettre aux circulaires qui les contraint à n’envoyer les convocations en français aux électeurs francophones de leur commune que si ceux-ci en font explicitement la demande. Les trois bourgmestres avaient appliqué les lois linguistiques de 1963 qui les autorisent à envoyer systématiquement ces convocations dans la langue de l’électeur. Les élections communales d’octobre de cette année démineront-elles enfin cette bombe communautaire ? C’est le souhait du gouvernement fédéral qui, ayant obtenu la scission de BHV, table sur une pacification communautaire de la périphérie bruxelloise.

Damien Thiéry (FDF), bourgmestre non nommé de Linkebeek, n’y croit pas. En dépit de l’accord sur BHV qui permet aux bourgmestres des six communes à facilités qui seraient déboutés par la Flandre d’introduire un recours auprès d’une Assemblée bilingue du Conseil d’Etat. « Cette disposition ne nous met pas à l’abri de l’arbitraire. Si trois bourgmestres décident d’introduire un recours contre leur non-nomination, ils iront chacun dans une chambre différente du Conseil d’Etat. L’un d’entre eux au moins se retrouvera donc devant un président flamand. Et si je devais être le seul bourgmestre à introduire un recours, j’aurais une chance sur deux de me retrouver face à un juge flamand. C’est la roulette russe. La Flandre garde bel et bien la tutelle sur la nomination des bourgmestres. »

Le bourgmestre FDF de Linkebeek suspecte les partis francophones de sa majorité (parmi lesquels le PS et le MR) de ne pas vouloir présenter un candidat bourgmestre qui ne serait pas pris en considération par le ministre de l’Intérieur flamand, Geert Bourgeois (N-VA) : « Je ressens au sein des partis francophones de la majorité fédérale une volonté d’écarter les éventuels candidats bourgmestres FDF. Je ne me berce pas d’illusions. Je ne serai pas nommé par Geert Bourgeois. »

Ce vendredi, les trois bourgmestres non nommés de la périphérie le rappelleront aux instances du Conseil de l’Europe : « La pacification communautaire tant vantée par le gouvernement fédéral n’est qu’une façade. »