Tintin au Congo : manif annoncée

SOUMOIS,FREDERIC

Page 34

Mardi 18 septembre 2007

Bande dessinée Après la plainte

Après le dépôt, fin juillet, d’une plainte contre la société Moulinsart – qui gère l’héritage d’Hergé – pour que l’album Tintin au Congo soit retiré de la vente pour racisme, Bienvenu Mbutu Mondondo, congolais et étudiant en sciences politiques, poursuit sa croisade. Il annonce une manif contre cet album le 26 septembre, devant le palais de Justice de Bruxelles.

Une délégation de trois personnes sera ensuite reçue par Moulinsart, avenue Louise. L’association que le jeune homme semble avoir constituée autour de lui devrait y demander que l’album, qui date de 1931 dans sa première version, ne soit plus commercialisé que dans une version qui comprendrait deux pages complémentaires qui le « contextualiseraient ».

La société Moulinsart n’a pas voulu réagir à cette éventualité, n’ayant pas pu consulter le texte de cet addendum. Rappelons que la version anglaise de cet album a déjà été publiée avec des mises en garde contre l’époque de sa publication originale et des préjugés qu’elle porte.

Chez Moulinsart, on ne cache toutefois pas un certain agacement face à des attaques répétées contre une œuvre qu’Hergé avait lui-même désignée comme marquée par une vision colonialiste dépassée. Malgré des adaptations, seule l’insistance de son éditeur l’avait finalement conduit à permettre la réédition de l’album après la Deuxième Guerre mondiale, l’histoire faisant jusque-là le miel des éditeurs pirates.

D’aucuns se demandent si ces démarches ne sont pas que le paravent d’une association hostile au pouvoir actuel au Congo, qui verrait là une manière aisée de parler de son combat. Au risque de lâcher les crocs de la censure contre notre passé littéraire, même désuet ?