Tisanes Tilman, la force tranquille

SCHARES,LUC

Page 10

Mardi 6 mars 2007

Somme-Leuze La Province visite son lauréat économique de 2006

Le laboratoire de phytothérapie du zoning de Baillonville est en croissance constante. Des pistes sont lancées pour son extension.

C'est que l'année 2006 a été faste pour l'entreprise Tilman. Elle a figuré dans le palmarès des 500 entreprises européennes en progression et a reçu un « Alfer », ce prix économique remis par la Province. Ces deux motifs expliquent la visite du député provincial Gilles Mouyard (MR). En partie du moins car la rencontre était surtout l'occasion d'une réunion de travail sur les possibilités d'extension de la PME.

C'est l'histoire d'un pharmacien qui, dans les années 40, a mis au point des médicaments dans son officine. La commercialisation des produits de Lucien Tilman n'a pas toujours été une réussite mais l'un d'entre eux, le « thé du vieil Ardennais », rencontre son petit succès. Dans les années 80, cette activité artisanale occupe 5 personnes. En 1986, le fils du fondateur, Jean-Noël Tilman, prend les rênes. Depuis, la PME est en croissance constante. En 20 ans, le chiffre d'affaires a été multiplié par 20 pour atteindre 9 millions d'euros.

« Nos options stratégiques sont de miser sur la phytothérapie éthique et de développer la part des exportations, explique Jean-Noël Tilman. Nos priorités sont depuis longtemps la sécurité par la qualité de nos produits, l'efficacité, et la préservation de l'environnement. Ce dernier point est important car nous travaillons avec des plantes. »

La société fabrique les produits et les emballe. Elle dispose de sa propre imprimerie. Gélules, comprimés, pommades, tisanes. La visite des installations fait aussi découvrir d'impressionnants stocks de matières premières. Pour la petite histoire, on y trouve même du vin. « C'est une tradition, nous fournissons des pharmaciens et rien qu'eux », lance le directeur. La firme dispose de son propre laboratoire. C'est ici que les matières premières sont contrôlées. Et de manière stricte. En moyenne, un lot sur vingt est refusé pour raisons diverses. Au passage, depuis Tchernobyl, le taux de radioactivité de toutes les plantes est vérifié.

Concernant la recherche, des collaborations sont établies avec l'ULg, et des ponts viennent d'être jetés avec les FUNDP.

La société projette de s'étendre. Une solution serait de requalifier le terrain agricole qui est en bordure du site. Une seconde, qui n'exclut pas la première, serait le rachat d'un autre terrain qui est actuellement en zone militaire. Le Bureau économique de la Province va plancher sur le sujet. Il va aussi faire jouer ses relais auprès de l'Awex pour trouver, à l'étranger, un partenaire intéressé par une association.

REPÈRES

REPÈRES

Extension. Actuellement, l'entreprise est propriétaire de deux parcelles qui couvrent ensemble 1,5 hectare. Les bâtiments représentent 3.200 m2. Ils vont s'agrandir de 300 m2. Pour les prochaines années, la société aura besoin de 1,5 ha supplémentaire.

Emploi. L'activité artisanale du début des années 80 n'a cessé de grandir. 35 personnes étaient employées en 1998, pour 80 aujourd'hui. Les prévisions tablent sur 95 emplois en 2010 et 110 en 2015.

Alfer. Initialement appelé prix économique de la Province, cette distinction a été remodelée en 2004. Elle se décline en thématiques comme l'internationalisation, les jeunes entreprises et autres, mais il existe aussi un « grand prix ». Tilman a reçu celui-ci en 2006.