Touring dénonce le plan mobilité à Bruxelles

n.c.

Mercredi 2 mai 2012

Le nouveau plan d’action pour la mobilité va paralyser Bruxelles, forçant les commerces et les entreprises à s’établir ailleurs, affirme Touring, qui dénonce « une vraie croisade contre l’utilisation de la voiture ».

« Toutes les principales routes d’accès vers et depuis la ville sont fermées ou voient leurs capacités réduites de moitié. Il est incroyable de constater comment l’administration communale traite ce dossier par-dessus la jambe », explique l’organisation, en déplorant par ailleurs l’« absence de concertation ».

« En 5 ans, plus de 1.000 emplacements de stationnement ont été supprimés en ville, sans la moindre compensation sous forme de parkings souterrains, et les routes ont étés transformées en rues piétonnes ou rétrécies », poursuit Touring.

Quant au RER, présenté comme une alternative à la voiture, « sa mise en oeuvre ne sera terminée que d’ici 2020. Une fois de plus, les mesures visant à décourager l’usage de l’auto auront été beaucoup plus rapides », ajoute l’organisation qui mènera, dans les mois à venir, différentes actions « afin de sensibiliser les habitants de la Région bruxelloise » à la problématique.

Davantage de ressources pour la Stib

Dans ce cadre, Touring propose dès à présent d’octroyer davantage de ressources à la Stib, « où 60 millions disparaissent chaque année du fait de clients exonérés de paiement », de renforcer les liaisons vers les autres régions, de donner une « priorité absolue à la construction de parkings de transit à la périphérie » ou encore d’affecter du personnel à la synchronisation des feux de signalisation, « une solution absolument méconnue qui peut diminuer de 27 % le trafic des heures de pointe. »

(belga)