Tournai - Budget 2005 reporté La tutelle resserre la vis du plan de gestion

VALEE,ALEXANDRE

Page 25

Samedi 26 février 2005

Tournai - Budget 2005 reporté

La tutelle resserre la vis du plan de gestion

ALEXANDRE VALÉE

Apparemment prêt depuis plusieurs semaines, le budget 2005 ne sera pas voté avant le mois d'avril. Lundi, le Collège va en effet soumettre au conseil communal le vote de deux douzièmes provisoires, reportant fin avril l'examen de prévisions budgétaires dont on devine qu'elles ne sont pas aisées à goupiller. Et pour cause : dans le pire des cas, il faudra dégager 2,5 millions d'euros en recettes/dépenses pour équilibrer l'exercice ordinaire !

La loi communale stipule pourtant que le budget doit être approuvé en octobre de l'exercice qui précède ; dans les faits, bien peu d'administrations parviennent à tenir ces délais... A l'échevinat des finances, on avoue que ce retard est problématique mais on le justifie en partie par un changement de gestionnaire au Centre régional d'aide aux communes (Crac). De plus, il semble qu'au Crac, on ait voulu attendre de nouvelles circulaires du cabinet Courard avant d'examiner les budgets de communes bénéficiant de l'axe 2 du plan Tonus communal. Le 27 janvier, un sévère tour de vis a été apporté par le ministre, confirme Marie-Christine Marghem, échevine MR des finances. Tour de vis, ou simple rappel ? Le plan de gestion qui encadre les finances communales à Tournai a toujours prévu qu'au plus tard le 31 décembre 2007, la Ville puisse équilibrer ses budgets sans puiser dans les emprunts Tonus, ce qu'elle faisait depuis 2002. Or l'échéance approche et le projet de budget 2005 ne trouvait son équilibre que grâce à un nouvel emprunt de près de 2,5 millions d'euros...

Le 3 février, nous avons rencontré le nouveau gestionnaire du dossier tournaisien, précise l'échevine. Tournai va donc devoir présenter au Crac une actualisation de son plan de gestion, prouvant les efforts consentis en matière de dette, de transfert, de personnel, de fonctionnement, de recettes, bref, les moyens envisagés pour redresser la barre et se passer d'aides, dont l'enveloppe régionale s'est considérablement tarie. La circulaire vise également les institutions paracommunales (CPAS, zone de police, CHRT). Dans le cas du CPAS, il faudra peut-être revoir la copie, glisse Didier Coupez, secrétaire communal. Sans respect strict de ces nouvelles directives, la tutelle envisage des sanctions, qui se traduiraient par des coupes claires dans la dotation du fonds des communes.·