Transport aérien La Sabena altère la croissance de Biac Bruxelles-National veut garder la forme

DEMONTY,BERNARD

Page 11

Mercredi 9 mai 2001

Transport aérien La Sabena altère la croissance de Biac Bruxelles-National veut garder la forme

Biac a réalisé d'excellents résultats en 2000. Mais divers élements, dont les difficultés de la Sabena, commencent à peser sur la croissance, à quelques mois de l'introduction en Bourse.

BERNARD DEMONTY

Nouveau record pour l'aéroport de Bruxelles-National. En 2000, 21,6 millions de passagers ont fréquenté ses infrastructures. Et quand les passagers sont plus nombreux, le chiffre d'affaires se porte mieux. En 2000, les ventes de Biac, la société qui gère l'aéroport, s'élevaient ainsi à 10,3 milliards de francs, contre 9,7 l'an dernier. Le résultat d'exploitation atteignait, quant à lui, 3milliards de francs (2,1 en 1999). Le bénéfice net s'élève à 1,3 miliard contre 908 millions en2000.

Tout semble donc aller pour le mieux, sur le tarmac. Et pourtant. Des nuages noirs semblent s'amonceler à l'horizon. Rien de grave, à ce stade, mais Biac cons- tate, depuis le deuxième trimestre 2000, un fléchissement de la croissance du nombre de passagers. Ce tassement s'est confirmé au premier semestre 2001 et s'est encore accentué en avril. Le nombre de vols cargo a, pour sa part, chuté de 3% en2000.

D'après le communiqué de Biac, ce fléchissement s'explique par le ralentissement général de la croissance et par la réglementation de la Région de Bruxelles-Capitale, qui interdit certains types d'avion. Les difficultés de la Sabena ont également limité la croissance, ajoute une source interne à la société. Biac a senti passer la décision de la compagnie de réduire le nombre de ses vols. Cette situation n'altère pas la rentabilité, mais c'est un élément à prendre en compte.

«Biac a senti passer

la décision de

la Sabena de réduire

le nombre de ses vols»

Les difficultés de la Sabena occuperont encore certainement les journées des dirigeants de Biac en 2001. Christoph Müller, patron de la Sabena, prépare, en effet, un nouveau plan stratégique qui passera sans doute par une nouvelle réduction d'activités. Ce dossier pèse d'autant plus lourd qu'en 2001 Biac devrait achever le chantier de son introduction en Bourse.

Actuellement, l'Etat belge détient encore 63,5% de Biac, des banquiers et assureurs belges (Dexia, KBC, P & V, etc.) détenant le solde. Le gouvernement, qui veut se désengager, au moins partiellement, veut mettre Biac en Bourse d'ici à la fin de l'année 2001. Juridiquement, l'entreprise devrait être prête dans les délais.

Mais deux éléments dicteront, en définitive, l'entrée en Bourse. Le climat boursier, tout d'abord. Et la situation de la Sabena. Les marchés détestent l'incertitude , commente un proche du dossier. Tant que la Sabena, qui compte pour 50% dans l'activité de l'aéro -port, n'a pas retrouvé une stabilité, il est trop risqué de s'aventurer en Bourse.

Arrêt de travail

à Sabena Cargo

Les employés de la filiale cargo de la Sabena sont partis en grève toute la journée de mardi. Ils protestaient contre le sous-effectif entraîné par des départs volontaires et contre des horaires jugés trop rudes. Le travail a repris ce matin. (B.Dy)