Travaux aux Récollets

LAMBERT,EDDY

Page 23

Mercredi 12 octobre 2005

Huy La Ville a commencé à aménager la plaine de jeux

La Ville n'attend pas la décision du Conseil d'Etat sur son projet. Quoi qu'il advienne, la plaine de jeux restera là, jure l'échevin Housiaux. Pour les riverains, c'est un mensonge.

EDDY LAMBERT

La Ville de Huy a commencé, mardi matin, les travaux d'aménagement d'une plaine de jeux au parc des Récollets. La bourgmestre Anne-Marie Lizin n'a pas assisté aux premiers coups de pelleteuse, l'échevin Alexis Housiaux bien. Mme Lizin est retenue par ses obligations de présidente du Sénat. C'est la rentrée parlementaire, a dit l'échevin en charge de la jeunesse, de l'environnement et de la culture.

Pour l'ASBL Les Récollets, la raison était autre : la bourgmestre, présente à la moindre inauguration, fuirait la presse quand il est question du dossier, à l'origine d'une piètre saga, des Récollets. L'ASBL, qui affirme parler au nom de la majorité des riverains, et Anne-Marie Lizin, donc le collège, ont une vision différente sur son aménagement. Le projet communal, voté majorité contre opposition, prévoit un parc et la construction d'un immeuble face à la Meuse ; les riverains demandent un parc sans immeuble.

Où en sont les choses ? Le ministre régional de tutelle André Antoine a refusé le projet du collège, lequel a saisi le Conseil d'Etat pour annuler cette décision. L'affaire prendra du temps, des années en principe. Aussi, le collège n'attend pas que la juridiction statue pour lancer les travaux. Nous voulons aller de l'avant. Nous ne voulons pas que le dossier s'enlise, a déclaré mardi Alexis Housiaux.

Allant donc de l'avant, la Ville a commencé d'aménager la plaine de jeux. Elle sera simple, avec un toboggan, une balançoire et un jeu à ressort. L'échevin a précisé que quinze mille euros seront investis en matériel, que le chantier durera deux à trois semaines, qu'ensuite une aire de basket-ball sera réalisée à côté.

Alain Legros et André Coudron, membres de l'ASBL Les Récollets, étaient présents pour entendre le représentant du collège. Celui-ci jure qu'on ne touchera pas, plus tard, à la plaine de jeux, même si un immeuble est construit en front de Meuse. C'est de l'intox, a réagi Alain Legros. C'est un mensonge, a rajouté André Coudron, conseiller communal de l'opposition. C'est un mensonge quand la Ville dit faire ce que la population demande, car elle veut obtenir le contraire au Conseil d'Etat. André Coudron est revenu sur la consultation populaire du 10 avril (95 % des votants avaient dit non au projet du collège) : Anne-Marie Lizin essaie de rattraper la population.

L'ASBL Les Récollets ne reste pas non plus sans agir. Ayant sollicité le ministre wallon de l'environnement, Benoît Lutgen, elle a été reçue à son cabinet. Les riverains y ont appris que la Région wallonne pourrait subsidier jusqu'à 65 % les travaux d'aménagement... si la Ville de Huy le demandait. Pour nous, c'est l'ABC de savoir ça, a rétorqué Alexis Housiaux. En cas de demande de subsidiation, le projet prendrait des années. Nous ne voulons pas que la situation s'aggrave. C'est pourquoi nous le faisons sur fonds propres. Pour aller de l'avant.