TROIE (TROY)

MANCHE,PHILIPPE

Page 5

Mercredi 12 mai 2004

TROIE (TROY)

Le mythe est connu depuis belle lurette : en enlevant Hélène (Diane Kruger), reine de Sparte, Pâris (Orlando Bloom) plonge la Grèce dans le chaos. D'autant que le mari d'Hélène, Ménélas (Brendan Gleeson) est furieux de cet affront familial. Avec le soutien de son frère Agamemnon (Brian Cox) et celui du redoutable guerrier Achille (Brad Pitt), les armées grecques vont tout faire pour pénétrer dans la ville de Troie et récupérer la belle.

Si Robert Wise avait déjà revisité la légende d'Homère avec « Hélène de Troie » en 1956, il aura fallu attendre près d'un demi-siècle avant qu'un autre réalisateur ne s'y attelle. Après avoir laissé passer « Gladiator », Wolfgang Petersen ne pouvait faire l'impasse sur un autre péplum. Réalisateur d'un récent « En pleine tempête », il signe un film de genre de facture très classique mais néanmoins spectaculaire grâce, notamment, aux effets spéciaux. Bien sûr, et la comparaison vaut ce qu'elle vaut, les scènes de bataille, certes gigantesques et bien filmées, ne font pas mieux que « Gladiator » et certainement pas que « Le Seigneur des Anneaux ».

Mais Petersen a convié une belle brochette de talents parmi lesquels Brad Pitt, très physique ou le légendaire Peter O'Toole. L'impressionnant duel entre Hector (Eric « Hulk » Bana) et Achille (Pitt) ainsi que la prise de Troie avec le fameux cheval sont les moments forts de « Troie » qui comporte bien sûr ses morceaux de bravoure mais tire un peu en longueur et déçoit par rapport à sa prometteuse bande annonce.

Reste un film divertissant au thème porteur. Difficile, en effet, de ne pas penser à l'absurdité de la guerre et de ne pas dresser un parallèle avec ce qui se passe aujourd'hui en Irak.

PHILIPPE MANCHE