Trois questions à Franky Vercauteren, notre consultant « Ces Russes sont à prendre »

n.c.

Page 13

Lundi 10 juin 2002

« Ces Russes sont à prendre »

1- Dans une interview à « L'Equipe », Franz Beckenbauer déclare ce week-end que ce Mondial est celui de la fatigue. N'a-t-il pas raison quand on voit que des pays qui comptent quelques grands acteurs des principaux clubs européens comme l'Argentine, l'Allemagne, l'Italie ou la France sont en danger ?-

Il n'a sans doute pas tort. C'est vrai que la période de récupération entre la fin des championnats européens ou des coupes d'Europe et le début de cette Coupe du monde a été très courte. Les joueurs n'ont plus le temps de souffler et sont épuisés tant physiquement que mentalement. Que se passe-t-il alors ? La différence entre les équipes fortes et les autres se réduit et dès qu'un favori est en difficulté, il n'est plus à l'abri d'une défaite. Cela dit, je suis malgré tout un peu surpris que ces « grands » puissent ainsi être bousculés. Je pensais vraiment que la marge qu'ils avaient sur les autres était plus grande.

2- La victoire du Japon sur la Russie ne valorise-t-elle pas le nul obtenu par les Diables rouges contre ces mêmes Japonais ?

Je reste persuadé qu'on aurait dû ou qu'on aurait pu battre le Japon même si cette équipe a démontré qu'elle avait des ressources et des qualités. J'ai un peu l'impression qu'elle joue en surrégime pour l'instant ; j'ai vu que certains de ses joueurs avaient terminé la partie en souffrant de crampes. En fait, les Russes n'ont eu que ce qu'ils méritaient en ne jouant qu'avec un homme en pointe et en acceptant de subir. Peut-être ne pouvaient-ils pas faire mieux... J'ai vu qu'ils éprouvaient des difficultés à faire le jeu et que, défensivement, ils étaient à prendre car ils laissent beaucoup d'espace dans le dos de leurs deux grands défenseurs centraux. Ce résultat est intéressant pour les Belges... pour autant qu'ils battent les Tunisiens.

Il ouvre plus de perspectives en tout cas que si les Belges avaient dû gagner à tout prix.

3- Mis à part la rentrée de De Boeck, on ne sait pas quelle sera l'équipe contre la Tunisie. Qui aligneriez-vous à la place de Waseige?

Il faudra amener plus de monde devant que contre le Japon. Si l'option des deux demis défensifs peut être intéressante, même contre la Tunisie, il faudrait faire monter Sonck ou Mpenza même si la meilleure position de ce dernier est en soutien d'attaque. La grande question est donc le maintien ou non de Walem.·

-