TUBIZE Performances vous invite à la danse S'imprégner des rythmes de l'Afrique au son des percussions

WUILQUOT,JENNIFER

Page 22

Vendredi 5 novembre 1999

TUBIZE Performances vous invite à la danse S'imprégner des rythmes de l'Afrique au son des percussions

A pprendre les danses contemporaines africaines à un Blanc, c'est un peu comme apprendre à lire à quelqu'un. Et patiemment, Béatrice tente de relever le défi. Ou du moins de susciter des vocations parmi ses stagiaires. Membre de la compagnie Tchétché, Béatrice est à Tubize pour présenter le spectacle Dimi (1), répondant ainsi à l'invitation du festival Performances. Profitant de sa présence, le centre culturel a organisé ces cours de danse dans le cadre de sa semaine africaine.

Le stage se déroulait en trois séances de deux heures. Trop peu pour arriver à un résultat tangible. Mais, en y regardant de plus prêt, on observait une évolution dans le comportement des stagiaires.

C'est vraiment difficile pour les débutants, reconnaît volontiers Béatrice. Nous, Africains, avons le rythme dans la peau. Il nous suit en permanence. Pour les Blancs, c'est tout à fait différent, le sens du rythme doit s'acquérir... C'est là que débute mon travail.

Effectivement, sur la scène du centre culturel, les huit stagiaires tentaient, mercredi, de se dépêtrer dans l'enchaînement de mouvements que la danseuse ivoirienne leur inculquait. Les balbutiements étaient difficiles. Et rapidement, on comprenait l'allusion de Béatrice sur le sens du rythme. Il y avait du travail au niveau de la synchronisation! Mais les participants, enthousiastes, s'éclataient.

C'est incroyable! observe Katia, On dirait qu'elle arrive à dissocier totalement les mouvements de son buste et ceux de ses jambes... Etudiante au conservatoire, Katia avait décidé de suivre ce stage afin d'intégrer de la danse africaine au spectacle qu'elle prépare dans son école. Nous devions être neuf, nous ne sommes finalement que deux, il faut voir si les autres auront envie d'apprendre. Les absents regretteront certainement. En tout cas, parmi les huit participants, il semble que la moitié ait été conquise par cette expérience. Il ne reste plus qu'à trouver quelqu'un qui enseigne aussi bien que Béatrice! conclut Roselyne.

J. W.

(1) Le vendredi 5 novembre 1999 à 20 heures au Théâtre du gymnase, boulevard Derijck, 124. PAF: 500 F. Rens.: 02-355.98.95.