UN AN APRES,LES FANTOMES DE CEAUSESCU EMPOISONNENT LA ROUMANIE VOYAGE DE CONTESTATION AVEC DOINA CORNEA

GORISSEN,AGNES

Page 15

Jeudi 20 décembre 1990

Un an après, «les fantômes de Ceausescu» empoisonnent la Roumanie

Voyage de contestation avec Doïna Cornea

Coup de sonde: la Fédération internationale des droits de l'homme indique qu'il existe en Roumanie des centres de rééducation et de travail, dans lesquelles des adolescents purgent des peines de deux à cinq ans de détention. Et ce dans des conditions carcérales et displinaires en infraction complète avec les normes minima définies par les conventions internationales relatives aux droits des enfants. C'est ainsi, illustre la Fédération, qu'un enfant de 14 ans peut subir un isolement total allant jusqu'à dix jours, dans une cellule obscure de quatre mètres carrés, sans être autorisé à faire une courte promenade.

Coup de sonde: la Ligue roumaine des droits de l'homme estime que la Roumanie est le pays de l'Est où les libertés fondamentales sont transgressées de la façon la plus flagrante. Elle dénonce ainsi la manière restrictive dont le gouvernement considère le droit de grève et la situation des prisonniers politiques. Exemple: les longs mois de détention préventive qui ont frappé les contestataires arrêtés lors des manifestations anti-gouvernementales de février et juin, alors que des preuves de leur innocence existaient.

Coup de sonde: «Reporters sans frontières» et le mensuel «Index on Censorship», association britannique qui répertorie les cas de censure dans le monde, ont publié et transmis au Conseil de l'Europe un rapport sur la presse en Roumanie. Bilan négatif: la presse indépendante est harcelée, étranglée économiquement et privée de papier... par des lois (voir nos éditions du 17 décembre).

Coup de sonde: qu'en est-il du jugement de 25 hauts dignitaires communistes, accusés de «génocide» pour avoir approuvé la répression armée des manifestations de Timisoara, en décembre 1989? Ouvert le 21 juillet de cette année, leur procès est depuis lors régulièrement reporté pour complément d'information. Le seul personnage de l'ancien régime à avoir été condamné depuis février est Andruta Nicolae Ceausescu, le frère du «Conducator»; la Cour de Justice roumaine a en effet confirmé mardi sa condamnation à 15 ans de réclusion.

Coup de sonde: où en est le rapport de la commission parlementaire d'enquête concernant les événements de la mi-juin, lorsque les mineurs sont descendus sur Bucarest? Nulle part. La commission en question a publié en octobre un communiqué, où elle constate qu'il est nécessaire de continuer les investigations, la première raison avancée étant la complexité de la période de transition que parcourt la Roumanie...

Ce sont tous ces éléments qui, un an après la «révolution» roumaine et la chute de Nicolae Ceausescu, font dire à Doïna Cornea, dissidente de la première heure: Il n'y a pas eu de révolution, des communistes ont pris le pouvoir à la place d'autres communistes.

AGNÈS GORISSEN

«Reporter: Les fantômes de Ceausescu», La Cinq, 22 h 30.