UN MUSEE A NAMUR, UN CHATEAU A METTET,ROPS, L'EPISTOLIER DE THOZEE, EN ENTRE-SAMBRE-ET-MEUSE

HERMANS,PIERRE

Page 18

Vendredi 1er août 1997

Un musée à Namur, un château à Mettet

Rops, l'épistolier de Thozée,

en Entre-Sambre-et-Meuse

En juin 1996, Elisabeth Rops, petite-fille de l'artiste namurois, restée célibataire, s'éteignait dans son château de Thozée, à Mettet. La Fondation Rops, devenue propriétaire du bâtiment, classé la même année, lui fera sans doute subir une restauration dont il a grand besoin. Elle devrait aussi lui assurer une nouvelle destinée, conforme au voeu de sa dernière occupante, soucieuse de voir sauvegardé ce patrimoine associé à sa famille depuis cinq siècles. Il est en effet question d'y ouvrir un centre de création contemporaine.

Là-bas, quelque part, Félicien doit applaudir à l'idée de cette pérennité : le château de Thozée ne fut-il pas tout à la fois lieu de refuge, de ressourcement, de réflexion, d'activité et d'accueil pour l'artiste ?

Une exposition (1) complétée par un catalogue fait ressurgir cette présence physique et spirituelle de Rops dans la gentilhommière de l'Entre-Sambre-et Meuse, à laquelle il se montrait très attaché.

Une fois de plus, cette approche de Rops se fait de façon très vivante, au travers de lettres choisies, adressées par le graveur et peintre namurois à divers correspondants, dont son fils Paul, mais aussi reçues par l'artiste et écrites par sa femme. Thozée est, bien sûr, le leitmotiv de ces écrits où l'on découvre, avec les accents ad hoc, Rops amoureux, Rops père, Rops endeuillé, Rops démarié, Rops hôte,... La réalisation de l'exposition et la rédaction du catalogue sont signées Bernadette Bonnier, conservatrice, Véronique Leblanc et Thierry Zéno.

L'exposition montée au musée fait bien sûr découvrir non seulement Thozée, promis donc à une dimension culturelle, mais aussi l'oeuvre dont ce lieu, magique pour l'artiste, favorisa la création et, enfin, les documents et objets témoignant du caractère hospitalier du château et de sa pièce d'eau. Rops n'y reçut-il pas des invités plus ou moins célèbres comme, en vrac, Charles Baudelaire, le peintre et photographe namurois Armand Dandoy, les peintres bruxellois Louis Dubois et Edmond Lambrichs, le journaliste belge Victor Hallaux, l'écrivain français Alfred Delvau, l'écrivain bruxellois Charles De Coster, dont la soeur Caroline fut une amie de Charlotte Rops ?

Précisions : Charlotte était l'épouse de Félicien; fille d'un magistrat du tribunal de Namur, elle tenait Thozée de son oncle Ferdinand de Faveaux, conseiller communal à Mettet. Charlotte devait survivre 32 ans à son mari.

P. H.

«Rops en son castel» : exposition ouverte jusqu'au 19 octobre, de 10 à 18 heures, au musée Rops, rue Fumal, 12, à Namur (081/22.01.10). Fermé le lundi, dès après les grandes vacances.