Un point largement mérité

PAIROUX,ETIENNE

Page 31

Vendredi 16 septembre 2011

Europa League Les Rouches ont livré le match parfait à Hanovre

HANOVRE

DE NOTRE ENVOYé SPéCIAL

Avant de se déplacer à Genk dimanche, le Standard a parfaitement réussi son premier gros test de la semaine. Pour son cinquième match européen de la saison, le club principautaire a déjà fait preuve de maturité. Lors de sa partie réputée être la plus difficile du groupe, les hommes de José Riga n’ont guère été bousculés à Hanovre. Ils ont même été chercher méritoirement leur premier point dans cette poule avant de recevoir Copenhague et Poltava. Autant écrire que leur belle prestation collective lance sur de bons rails leur parcours dans ce groupe B.

José Riga avait pourtant décidé de jouer la carte de la surprise en alignant dès le début trois joueurs qui, cette saison, n’avaient pas encore été titularisés une seule fois. D’abord, en l’absence de Belhocine (malade), il lançait Vainqueur dans la bagarre alors que celui-ci n’avait pas encore disputé la moindre minute avec ses nouveaux équipiers. Arrivé le 30 août, le Français était sur le banc contre Westerlo mais n’était pas monté au jeu. Pourtant, cela ne s’est guère vu, Vainqueur étant même l’homme du match à Hanovre ! A droite, Riga renvoyait Leye sur le banc pour faire confiance à Mujangi Bia auteur d’une bonne rentrée en championnat. Enfin, en attaque, c’est Tchité qui faisait les frais du retour aux affaires de Cyriac. Comment l’attaquant des Rouches, contraint par ses tergiversations lors du dernier jour du mercato, de rester à Sclessin, va-t-il gérer cet épisode, l’avenir le dira ! En tout état de cause, quand l’entraîneur des Rouches prétend vouloir tenir tout son noyau éveillé, il le démontre dans les faits.

Et question de rester éveillé, Hanovre n’a pas spécialement emballé la rencontre. Même si elle fêtait le retour d’Abdellaoue, le buteur maison, l’équipe allemande n’a pas laissé une grosse impression donnant plutôt le sentiment que seule une accélération pourrait l’aider dans sa volonté de marquer. Comme en fin de première période lorsque Schlaudraff, le plus remuant des hommes de Slomka, échappait à la vigilance de Kanu avant de lober Bolat qui était sauvé par sa barre transversale.

Mais si Hanovre ne brillait pas, c’était surtout parce que le bloc liégeois était bien en place. Malgré la présence des trois nouveaux, l’organisation était parfaite. En reconversion offensive, la balle circulait bien mais les Liégeois manquaient de présence en zone de finition même si Van Damme venait y prêter main-forte à Cyriac. Toutefois, les Rouches, trop souvent tombés dans le piège du hors-jeu, ont dû attendre la 33e minute pour avoir un premier tir cadré venu du pied d’un Vainqueur qui, après avoir justifié sa réputation en prenant rapidement une carte jaune (8e), a trouvé ses marques dans le dispositif rouche. Et en dégageant une certaine assurance. Trop même parfois. Une assurance que tous ses équipiers prenaient au fil de la rencontre se rendant compte qu’Hanovre, quatrième du dernier championnat allemand, se créait peu d’occasions. Et quand c’était le cas, ce n’était pas souvent cadré.

Finalement, Bolat n’était réellement mis à contribution que dans les dernières minutes avec quelques phases chaudes, notamment sur un envoi de Stoppelkamp. Mais c’était trop tard pour Hanovre.

Hanovre

0

Standard

0

LE MATCH

HANOVRE - STANDARD 0-0

Hanovre. Zieler, Chahed, Haggui, Pogatetz, Cherundolo, Stindl, Pinto (74e : Hauger), Schmiedebach (82e : Stoppelkamp), Rausch, Abdellaoue (46e : Konan Ya), Schlaudraff. Entraîneur. Slomka.

Standard. Bolat, Opare, Kanu, Felipe, Pocognoli, Buyens, Vainqueur, Mujangi Bia (74e : Buzaglo), Berrier (82e : Gonzalez), Van Damme, Cyriac (67e : Tchité). Entraîneur : Riga.

Arbitre. Stavrev (Mac).

Assistance. 42.540 spectateurs.

Cartes jaunes. Vainqueur, Van Damme, Felipe, Stindl.

Riga : « Un goût de trop peu »

entretien

Le coach du Standard avait le sourire quelques minutes après le match.

José Riga, quel est votre sentiment après ce premier match ?

C’est une bonne entrée en matière. J’ai vu une équipe très solidaire, bien organisée avec du répondant tactique, physique et par moments technique. Nous avons été à la hauteur avec des joueurs titularisés pour la première fois qui ont répondu à l’attente. De même pour ceux venus du banc. C’est donc une réussite d’ensemble car si Hanovre n’a pas trouvé la faille, c’est dû à l’organisation du Standard.

C’est donc une satisfaction ?

Si on prend le rendez-vous en soi, c’est clair qu’un point est très bon. Mais, joueurs comme staff, nous avons un goût de trop peu. Nous avons le sentiment qu’avec un peu plus de justesse dans les sorties, de plus de précision, nous aurions pu faire plus mal à l’adversaire. C’est peut-être le seul regret. Peut-être que dans la tête nous n’étions pas suffisamment tournés vers l’offensive pour jouer tous les coups à fond. Mais nous avons a fait preuve de maturité avec cette jeune équipe.

Avec un Vainqueur impressionnant ?

Entrer comme cela dans une équipe n’est jamais évident. Cela dit, au fil du match, il a pris de l’aplomb et a bien aidé l’équipe dans la possession de balle, dans la justesse. Les deux semaines passées avec le groupe lui ont permis de faire connaissance. Mais je ne veux pas le voir bon un seul match, mais plusieurs. Cela dit, c’est une satisfaction.

Vous avez aussi titularisé Cyriac et Mujangi Bia. Pourquoi ?

J’ai un groupe avec de la concurrence et j’ai envie que tout le monde soit présent dans les intentions mais aussi sur le terrain. Quand vous voyez de bonnes indications à l’entraînement, pourquoi ne pas leur donner une chance ? Quand les joueurs comprendront que la concurrence est une force et qu’avoir une pensée unique est bénéfique, on pourra être bon sur tous les fronts avec le même investissement qu’aujourd’hui.

A Hanovre

Vainqueur : « J’ai encore besoin de rythme »

« Le coach m’avait dit de me faire plaisir. Il m’avait laissé carte blanche. Quand on me met sur le terrain, je joue et j’aime bien faire jouer les autres même si un gars comme Berrier peut aussi très bien jouer au sol. Dans l’ensemble j’ai fait une bonne prestation mais je suis capable de mieux. J’ai encore besoin de rythme mais j’espère avoir marqué des points. Le résultat change tout pour la suite du groupe. Après le match de samedi contre Waterloo (Ndlr : Westerlo), nous étions bien concentrés. Dans l’ensemble, nous avons bien fait le boulot, mais nous pouvions faire mieux car nous avons eu les occasions pour gagner. C’est vrai qu’on s’attendait à plus de la part des Allemands mais c’est aussi grâce à nous qu’on ne les a pas vus. Il faudra bien récupérer avant Genk ».

Buzaglo : « Un bon départ »

« Je suis content de ces quelques minutes car c’est toujours difficile d’évoluer en déplacement. Notre première intention était d’être bien organiser et de bien défendre. Je ne suis pas déçu avec ce point car c’est un bon départ. Maintenant, c’est difficile d’envisager la suite du groupe car il y aura encore beaucoup de matchs »

Slomka : « Un Standard très costaud dans l’entre-jeu »

« C’est dommage de ne pas avoir pu forcer la décision mais on gagne un point qui est bon à prendre. L’équipe affiche de la maturité. En se livrant, on a réussi à ne pas se faire prendre en contres face à une équipe expérimentée comme le Standard. Ce résultat nous laisse toutes nos chances et je suis relativement satisfait ce jeudi car nous avons joué contre une équipe bien organisée et très costaude dans la ligne médiane ».