Un Repair-Café ouvert à Ath

DEHENEFFE,BRUNO

Page 27

Lundi 11 février 2013

Consommation Une maison transformée en atelier de réparation

Il sera accessible un dimanche par mois. Crise oblige, le concept fait des émules. Soignies et La Louvière mûrissent un projet identique. Dans la capitale du Pays Vert, il est désormais possible de prolonger la durée de vie d’objets hétéroclites voués à rejoindre les centres de tri sélectif déjà bien saturés.

Le mérite en revient au mouvement citoyen « Ath en transition » qui, dimanche après-midi, inaugurait un nouveau Repair-Café au cœur du faubourg de Mons. Très en vogue aux Pays-Bas, le concept commence à faire des émules en Belgique. L’espace de quelques heures, la Maison pour Tous, située au nº27 de la rue des Arquebusiers, s’est transformée en atelier de réparation.

Très réceptifs au projet, des gens de métier sont venus bénévolement aider des particuliers à remettre en état divers accessoires dont ils n’avaient pas forcément envie de se débarrasser pour des raisons économiques ou sentimentales. Parmi eux, des électriciens, des couturières, des informaticiens, des menuisiers ou encore un réparateur de vélos désireux de dépanner les visiteurs tout en transmettant leur savoir-faire.

« Par facilité et conditionnement, on a longtemps eu tendance à jeter ce qui ne marchait plus pour acheter du neuf, confie Sabine Mespreuve, une des initiatrices du dernier-né des Repair-Café. Mais avec la crise, les gens modifient leur comportement et réfléchissent à deux fois avant de remplacer un GSM ou un appareil électroménager défectueux. »

Un objectif : réutiliser !

Habitant à Isières, Pascal a profité de l’ouverture de ce Repair-Café près de chez lui dans l’espoir que son ordinateur fonctionne à nouveau : « Je m’étais d’abord adressé au magasin où l’on m’avait clairement fait comprendre qu’une réparation serait à la fois fastidieuse et coûteuse. Comme il s’agit de mon outil de travail, je ne pouvais pas prendre le risque d’un renvoi chez le fabricant sans connaître le délai d’attente ni le coût. »

Après avoir démonté son portable et retirer une bonne cinquantaine de vis, l’informaticien auprès duquel il s’est adressé a pu rapidement lui indiquer le fournisseur chez qui commander la pièce a priori introuvable dans le circuit commercial habituel.

Mauricette, elle, avait fait le déplacement depuis Brugelette avec quatre fers à repasser à réviser. En échange, elle avait pris soin d’emporter sa machine à coudre au cas où elle pourrait à son tour rendre service.

Les experts du Repair Café ont presque toujours la main heureuse. En préconisant la réparation, « Ath en Transition » veut contribuer à réduire le gaspillage et la montagne de déchets tout en retissant les liens sociaux. « Nous autres, Européens, jetons énormément, y compris ce qui est à peine abîmé et parfaitement réutilisable après une simple réparation. Au Repair Café, nous voulons changer les choses », souligne son porte-parole Josué Dusoulier.