UN RESULTAT EN CROISSANCE DE 35% ET DE 50% EN COMPTANT BELLEWAERDE : WALIBI VISE LES 5 MILLIONS DE VISITEURS

KUCZKIEWICZ,JUREK

Page 4

Jeudi 16 mai 1991

Un résultat en croissance de 35 %, et de 50 % en comptant Bellewaerde

Walibi vise les cinq millions de visiteurs

À la fin de cette année, la taille du groupe Walibi aura doublé par rapport à 1989. Grâce à Bellewaerde... et à la France.

C'est un fameux cap de croissance que vient de franchir en quelques mois Walibi. Après l'absorption de Bellewaerde et le rachat du parc Bing Bang Schtroumpf d'Hagondange, Walibi annonce déjà pour 1991 le doublement de la taille du groupe par rapport à 1989.

Abstraction faite des deux acquisitions, les comptes de Walibi se présentent tout à fait favorablement pour 1990: de 1,013 milliard de FB, le chiffre d'affaires est passé à 1,093 milliard (et 1,594 milliard si l'on prend en compte Bellewaerde), et le résultat net de 112 à 152 millions, soit une progression de 35 %. Le solde à répartir au niveau de la SA Walibi, cotée en Bourse de Bruxelles depuis 1987, s'élève à 135 millions de FB, soit un dividende brut par action de 32 FB.

Mais l'essentiel est maintenant la croissance à venir dans les prochains mois. Les synergies entre Walibi et Bellewaerde fonctionnent déjà, explique Eddy Meeus: C'est vrai sur le plan des achats, de la prospection commune, mais aussi de l'aménagement de nos parcs. Ce sont notamment les équipes de Bellewaerde qui ont travaillé au réaménagement des espaces à Hagondange, mais aussi à Walibi Rhônes-Alpes.

C'est d'ailleurs en France que se situe le potentiel de croissance de Walibi. Avec le parc de Hagondange, qui pourrait atteindre l'équilibre dès cette année, celui de Dijon, dont Walibi ne détient que 13,8 % mais obtiendra sans doute bientôt la gestion, le parc de Grenoble, et enfin celui que Walibi ouvrira en 1992 en Aquitaine, le groupe belge aura constitué une ceinture qui couvrira la quasi totalité du territoire français. Sans l'Ile-de-France, où s'ouvrira l'an prochain Eurodisney. Mais pour ce qui est de l'Ouest, Eddy Meeus laisse entendre qu'il est attentif à l'éventualité d'une implantation...

Le groupe belge craint-il l'ouverture d'Eurodisney? Cela va être un événement considérable, qui sera favorable à tous les parcs, répond Eddy Meeus. Le marché français, qui représente aujourd'hui un visiteur par an sur dix habitants, contre quatre sur dix en Belgique et dix sur dix aux États-Unis, doit connaître une croissance exponentielle. Et comme Eurodisney sera cher, dans les 200 FF contre 80 FF dans nos parcs à nous, nous profiterons certainement de l'engouement général pour les parcs d'attraction!

Et comme l'an dernier déjà, Eddy Meeus parle de participer, à Wavre, dans un projet hôtelier. Toujours en parlant de Disney: Leurs bénéfices viennent surtout de l'hôtellerie. C'est un créneau que nous ne pouvons pas négliger, et nous venons d'entrer dans la phase concrète des négociations avec une chaîne hôtelière.

JUREK KUCZKIEWICZ