Une fin de campagne chahutée

LHUILLIER,VANESSA

Page 11

Samedi 7 octobre 2006

Auderghem Tous les partis politiques se liguent contre Alain Destexhe

La campagne se termine en queue de poisson à Auderghem. Après plus d'un mois d'agitation, tous les partis de la commune se sont ligués contre Alain Destexhe.

La Liste du bourgmestre, le PS, le CDH, Écolo et Samen montent au créneau pour une lettre électorale distribuée dans les logements sociaux. Le sénateur MR propose aux locataires de devenir propriétaires sans débourser un euro de plus que leur actuel loyer.

Même si le bourgmestre Didier Gosuin a émis une proposition d'ordonnance concernant l'acquisitif social, il n'a jamais précisé à quel tarif l'achat se ferait. « Les limites de la démagogie sont franchies. M. Destexhe verse dans le poujadisme en laissant croire aux locataires sociaux que sans débourser un franc de plus, ils peuvent devenir propriétaires de leur logement. C'est complètement irréaliste et totalement illégal. Mais il semble que M. le Sénateur ne connaisse pas la loi. »

Alain Destexhe ne se laisse évidemment pas faire. « L'acquisitif social fait partie de notre programme depuis le mois de juin et nous l'avons confirmé en septembre. » Cela se trouve également dans les propositions du MR au niveau régional. Jacques Simonet a d'ailleurs défendu cette idée à maintes reprises. Le taux des prêts et leur durée devront être négociés si l'ordonnance passe. « C'est une proposition tout à fait démocratique et sociale, continue Alain Destexhe. Si on ne veut pas qu'ils sortent de l'assistanat, c'est pour pouvoir les garder comme clients politiques. »

Le sujet est cependant plus anecdotique. Ici, il faut plutôt retenir la forme que le fond. Tous les partis ont donc décidé d'exclure Alain Destexhe du jeu. « C'est de la mauvaise foi crasse, s'insurge le sénateur. C'est un prétexte pour me nuire. »

Ce dernier acte est tout à fait symptomatique de l'ambiance qui règne actuellement dans la commune. Plusieurs fois, les candidats de la liste du sénateur ont été victimes de dégradations : remorque taguée, autocollants arrachés sur les voitures... Et du côté des autres partis, on dénonce le côté provocateur de la campagne de Destexhe : trop de tracts, transformation de fêtes de quartier en foires électorales... Heureusement que cela s'arrête demain.