Une maison de repos et de soins à l’orée du bois

SAINTGHISLAIN,VALERY; MARECHAL,GISELE

Page 11

Samedi 22 mars 2008

Havré A la rue de la Cure d’Air, les aînés couleront bientôt des jours plus heureux

Le chantier de la future maison de repos et de soin du CPAS de Mons sort de terre. À l’orée du bois d’Havré, l’édifice en devenir jouxte l’actuelle MRS abritée dans un ancien sanatorium conçu en 1950 et où vivent actuellement 144 aînés. Vendredi, une petite visite du chantier était organisée. Fonctionnel, le bâtiment rompt résolument avec l’image traditionnelle d’un hôpital. En forme de K, il présente quatre ailes en léger arrondi qu’épousent les couloirs d’accès, répartis sur quatre niveaux.

Au centre, travailleront les personnels soignant et administratif. Chaque niveau compte deux salles de rencontre.

Priorité à la luminosité. La cafétéria circulaire sera surplombée d’un puits de lumière. Empruntant l’unique accès au bâtiment, les résidents pourront se promener sur des trottoirs, des pelouses et dans le parc arboré qui verra le jour lorsque l’ancien sanatorium aura disparu du paysage (condition stipulée dans le permis unique).

Le bâtiment est l’œuvre de la société d’architectes ART de Damien Comblez et de l’Atelier d’architecture de Pierre Farla (en association momentanée). M. Kandemier supervise le chantier.

« Ce sera très beau et confortable, se réjouit Régine, au service depuis 2004, des résidents de la rue de la Cure d’Air. L’actuelle MRS n’était pas conçue pour être une maison de repos : les résidents y sont trois par chambre, sans WC ni douche, alors que dans le nouveau bâtiment, chacun aura une salle de bain préfabriquée en polyester, individuelle et accessible en chaise roulante ». Pour autant, Brigitte, employée depuis 22 ans, s’y plaît. « Par les grandes fenêtres de la salle à manger, les résidents ont une vue sur la nature ambiante. Notre intérieur a été rénové en son temps mais les chambres ne répondent plus aux normes actuelles. Le bâtiment est devenu un gouffre, question énergie ! »

Durant le second semestre 2009, les résidents du site déménageront dans le nouveau bâtiment. Ils seront rejoints par les 40 locataires du home Quiétude, à Cuesmes ; et 18 autres, de la Bonne Maison de Bouzanton.

40 millions pour améliorer le bien-être des seniors hainuyers

Le ministre régional de la Santé, Didier Donfut (PS), a joué les Pères Noël ou – c’est davantage de saison - les « Cloches » avant l’heure. L’édile framerisois et avec lui, le gouvernement wallon, viennent de déverser sur la Région wallonne une manne de 110,6 millions d’euros. Cette enveloppe est destinée à améliorer le bien-être des seniors dans le sud du pays et donc, également en Hainaut. Cet argent servira à financer l’amélioration de l’offre en terme d’infrastructure au travers d’extensions, de reconditionnements, de reconstructions, de constructions de maisons de repos et de soins ou de compléments attendus sur le terrain pour que les opérateurs puissent achever des travaux entamés. C’est le cas notamment de Mons (lire ci-contre) dont la future Maison de Repos et de Soin du Bois d’Havré (dossier porté par le CPAS) recevra un complément de 1.985.000 euros. Quinze autres dossiers hainuyers (sur les 41 retenus en Région wallonne) recevront de l’argent pour un montant total de quarante millions.

Les dossiers retenus l’ont été sur base de plusieurs critères de priorité comme la vétusté, le manque de confort offert aux pensionnaires, des problèmes récurrents en terme de sécurité incendie, le non-respect des normes d’agrément ou la qualité novatrice des projets soumis. Figurent ainsi parmi les autres bénéficiaires hainuyers : les CPAS de Comines (1,185 million), de Mouscron (5,985 millions), de Péruwelz (2,285 millions), de Celles (4,635 millions), de Charleroi Hicguet (1 million), de Soignies (3,485 millions), d’Enghien (1,985 million) ainsi que l’ISPPC de Courcelles (4,185 millions) et les structures privées que sont Marie Immaculée de Soignies (2,682 millions) et de Neufvilles (2,653 millions), l’ACIS de Carnières (1 million) et la Providence des Malades de Lessines (1,185 million).