UNE TOURNEE LABORIEUSE POUR DENIS ROSS

AFP

Page 7

Lundi 12 juillet 1993

Une tournée laborieuse pour Dennis Ross

Dennis Ross, le coordinateur américain pour le processus de paix, a poursuivi ce week-end sa tournée au Proche-Orient. Objectif: discuter avec ses interlocuteurs d'un projet américain de déclaration de principe sur un régime d'autonomie palestinienne dans les territoires occupés - projet présenté aux Israéliens et aux Palestiniens le 30 juin à Washington.

La situation n'a, jusqu'ici, pas l'air d'être particulièrement bien engagée. Les Palestiniens jugent en effet le projet américain trop favorable à Israël. Ils reprochent au texte de reporter à la phase finale des négociations l'examen de la question de Jérusalem, alors qu'ils souhaitent en débattre dès maintenant, au même titre que des autres territoires - le reste de la Cisjordanie et Gaza - occupés par Israël en juin 1967. Il faudrait qu'il y ait de nouvelles propositions si les Américains souhaitent aboutir à des résultats, a ainsi déclaré le leader palestinien Fayçal Husseini. Affirmant que, selon Dennis Ross, les États-Unis seraient prêts à examiner de nouvelles propositions, M. Husseini a conclu: Les Palestiniens ne discuteront pas de nouvelles formules américaines si celles-ci ne sont pas basées sur le principe que les territoires sont occupés, et non sur le principe que ces territoires sont disputés.

Côté israélien, l'attention est monopolisée par les attaques anti-israéliennes au Liban. Le Premier ministre Rabin, rencontrant à nouveau M. Ross samedi soir - un premier contact avait eu lieu jeudi -, a demandé au coordinateur américain d'intervenir auprès de la Syrie pour faire cesser ces attaques. Comme l'a déclaré à la radio israélienne le général Mordehaï, commandant de la région nord d'Israël, il ne fait pas de doute, en effet, pour l'État hébreu, que Damas, ainsi que Beyrouth, ne sont pas étrangers aux actions anti-israéliennes et qu'en tout cas, ils ne font rien pour les empêcher.

Une situation que Dennis Ross devait aborder en Syrie, où il est arrivé dimanche, avec le chef de la diplomatie Farouk al-Chareh et le président Hafez el-Assad. C'est également le thème du message envoyé par le secrétaire d'État américain au ministre libanais des Affaires étrangères, Fares Boueiz.

Finalement, le seul point positif de cette tournée (qui doit encore mener M. Ross en Jordanie) semble avoir été, samedi, son déplacement en Égypte. Bien que très discret sur le contenu de ces rencontres, Dennis Ross a déclaré que les discussions avec le ministre égyptien des Affaires étrangères Amr Moussa et le conseiller politique du président Hosni Moubarak, Oussama el-Baz, ont été détaillées, intenses et très utiles.

M. Moussa a quant à lui déclaré que plusieurs idées ont été évoquées par l'Égypte lors des entretiens, de même qu'il existe de nouvelles idées américaines, sans précision. (D'après AFP.)