VIDEOS,CD,MICROSILLONS,CASSETTES AUDIO DISCOBUS:LA CULTURE ITINERANTE

FONSNY,MARIE-PIERRE

Page 21

Mardi 9 novembre 1993

Vidéos, CD, microsillons, cassettes audio

Discobus: la culture itinérante

La culture à la portée de tous, c'est l'objectif des discobus qui «microsillonnent» treize villes et villages de la province. Une formule à succès.

C'est en 1966, dans la foulée de la création des Médiathèques, que le premier discobus prend la route des provinces de Namur, Hainaut et Brabant. Objectif: «Apporter la culture là où la population n'y a pas accès, tout en proposant, via des collections complètes et un personnel compétent, un choix varié et éducatif». Il faut attendre 1972 pour l'aménagement d'un deuxième discobus destiné, cette fois, à Liège et Luxembourg, et enfin, 1974, pour le renfort d'une troisième unité de prêt. En province de Liège, tout habitant a ainsi accès, dans un rayon de 15 à 20 km, aux collections de la Médiathèque Communauté, soit via les trois comptoirs de Liège, Seraing et Verviers, soit via deux discobus qui déservent treize localités, de la Hesbaye aux Ardennes, en passant par le Pays de Herve (1).

Les centres itinérants se refusent à être les parents pauvres des comptoirs fixes. Au fil des années, ils se sont étoffés et enrichis en collections. Quelques 18.000 disques compacts (contre 350 en 1983), 800 disques microsillons (contre... 15.000 en 1983), une centaine de vidéogrammes d'intérêt général et 1.800 vidéocassettes de cinéma (disponibles uniquement dans le discobus no 2 desservant Aywaille, Blégny, Herve, Visé, Welkenreadt, Vielsam, Malmédy, Stavelot et Spa). Hormis les CD, vidéos, dias et cassettes immédiatement disponibles, tout emprunteur a accès aux 650.000 titres de la Médiathèque et, moyennant un léger délai, aux pièces rares de la Collection Communautaire.

L'ensemble du réseau occupe 18 personnes. Budget par bus: 15,5 millions (6,5 millions de rentrées propres, 7,5 millions de susbides de la Communauté française et 1,5 millions d'aides diverses des communes, provinces et universités). Depuis peu, une partie de l'enveloppe est affectée à l'informatisation «off-line» du réseau itinérant. L'expérience menée actuellement dans le Luxembourg devrait, en fin d'année scolaire, s'étendre ailleurs.

UN «BOOM» À L'EST

En 1992-1993, quelque 14.021 visiteurs effectuant 47.927 emprunts ont gravi les marchepied des deux discobus qui desservent la province de Liège. Ils sont d'ailleurs de plus en plus nombreux, principalement la tranche «15-35 ans», à visiter les stationnements. La fréquentation fluctue selon les régions visitées (voir infographie). C'est ainsi qu'en l'espace de huit saisons (de 85-86 à

92-93), le passage des discobus a déclenché un «boom», particulièrement à l'est: Visé (+ 223 %), Welkenraedt (+ 178 %), Spa (+ 150 %) et Blégny (+ 109 %). C'est à Malmédy que les emprunteurs ont été les plus frileux (+ 13 %) alors que Huy (+ 29 %) enregistre le plus grand nombre de prêts (11.529 emprunts, soit plus de 25 % des mouvements de location de la province) et le plus grand nombre de visiteurs (3.244). Il est vrai que depuis fin 1992, le discobus s'y arrête deux fois par semaine, au détriment de St-Georges.

Dès décembre, Médiathèque et Direction générale des discobus (2) envisagent un arrêt sur le site de l'ULg au Sart-Tilman. On n'attend plus que l'accord des autorités académiques.

MARIE-PIERRE FONSNY

(1) Horaire des discobus dans la province:

Région Huy-Waremme: Amay (lundi: 14 à 15 heures), Hannut (lundi: 18 h 30 à 19 h 30), Huy (lundi: 10 h 30 à 12 h 30, samedi: 16 à 18 heures), Waremme (lundi: 16 à 18 heures).

Région Pays de Herve: Blegny (lundi: 13 h 30 à 14 h 30), Herve (lundi: 15 h 30 à 17 h), Visé (lundi: 19 h à 20 h), Welkenraedt (lundi: 17 h 30 à 18 h 30).

Région Ardennes: Aywaille (mercredi: 11 h 30 à 12 h 3O), Hamoir (mercredi: 13 h à 14 h), Malmédy (dimanche: 14 h 30 à 16 h 30), Spa (dimanche: 17 h 30 à 18 h 30), Stavelot (dimanche: 13 h à 14 h).

(2) Rens.: Discobus de Wallonie, rue du Fer, 24, 5000 Namur (081/22.62.84). À Liège, rue Louvrex, 46 b, (041/22.20.20).

Cotisation: 500 F à vie.