Wathelet : « L’Etat n’aidera pas SN si elle a été mal gérée »

n.c.

Samedi 31 mars 2012

« Brussels Airlines doit nous prouver que son problème est un problème de concurrence déloyale », estime le secrétaire d’Etat.

La compagnie Brussels Airlines avait dénoncé la semaine dernière sa situation « intenable » face à la concurrence, notamment la compagnie à bas coût irlandaise Ryanair basée à Charleroi, qui paie ses cotisations sociales et ses impôts -moins élevés en Irlande.

L’Etat n’aidera pas SN Brussels Airlines si elle a été mal gérée, peut-on lire samedi dans une interview de Melchior Wathelet. Le secrétaire d’Etat et ministre de tutelle de Belgocontrol s’est également dit interpellé des différences de coût existant entre les aéroports carolo et bruxellois.

« C’est la raison pour laquelle nous demandons aujourd’hui à Brussels Airlines de nous prouver que son problème est un problème de concurrence déloyale. Si c’est lié au fait qu’ils n’ont pas assez de clients, qu’ils ont mal estimé le coût du carburant, qu’ils ont mal choisi les lignes, jamais l’Etat ne leur viendra en aide », souligne-t-il.

Wathelet n’exclut pas une aide

Melchior Wathelet n’exclut néanmoins pas d’aider l’entreprise aéronautique. « On ne peut pas prendre des mesures clés sur porte pour Brussels Airlines. C’est une entreprise commerciale. Si on prend des mesures ce sera pour tout le monde. Il y a une dizaine d’années, on a créé un statut spécifique pour les marins, qui sont tout le temps à l’étranger, qui s’exportent. Au fond, la situation des pilotes est assez comparable », a indiqué le secrétaire d’Etat.

Ce dernier se dit en outre interpellé d’apprendre qu’il existe des coûts différents entre les aéroports situés à Charleroi et à Bruxelles. « J’ai entendu que cela coûtait 29 euros de moins par passager à Charleroi par rapport à Bruxelles. Cela m’interpelle car à Bruxelles, c’est 26 euros par passager », s’étonne-t-il.

(P.VA avec Belga)