Woluwe et Uccle : Médiathèques en péril

JENNOTTE,ALAIN

Page 1

Vendredi 27 juin 2008

La Médiathèque traverse à nouveau des temps difficiles. Un plan social avait déjà poussé 39 personnes vers la sortie en début d’année. Une aide de la Communauté française devait permettre de sauver vint autres emplois.

Mais le soutien annoncé s’est partiellement dégonflé. Avec des conséquences très importantes pour les centres de prêts : cette fois, l’existence de plusieurs d’entre eux est menacée.

On parle de Verviers, Seraing, Braine, La Louvière, Mons, Uccle et Woluwe-Saint-Pierre.

Si une solution n’est pas trouvée, ces guichets ne pourront pas être maintenus au-delà de juin 2009. Seule issue possible : un transfert vers les communes.

P.41 nos informations

Coup dur pour la Médiathèque

Institutions Les subventions espérées sont revues à la baisse

Plus de la moitié des centres de prêt sont en ballottage. Les aides annoncées pourraient ne pas suffire à tous les sauver.

Durement éprouvée, en janvier, par un plan social qui a poussé vers la sortie 39 de ses 240 employés, la Médiathèque doit faire face à une nouvelle déconvenue. Elle espérait, d’ici 2009, sauver vingt équivalents temps plein supplémentaires grâce au transfert de plusieurs de ses treize centres de prêt vers des bibliothèques ou des maisons de la culture, grâce au soutien de la Communauté française. Las ! Le cabinet de la ministre de la Culture, Fadila Laanan (PS), a fait ses comptes. Et l’aide espérée s’est dégonflée de plus de 40 %. « Nous avions tablé sur des subventions-emploi annuelles de 325.000 euros, explique le directeur général de la Médiathèque, Claude Janssens. A l’arrivée, nous n’aurons plus que 200.000 euros à répartir entre d’éventuels repreneurs ».

Douche froide

Pour la Médiathèque et son personnel, c’est un coup de bambou. Plus de la moitié de ses centres de prêt, parmi lesquels Verviers, Seraing, Braine, La Louvière, Mons, Uccle et Woluwe-Saint-Pierre sont directement menacés. Faute d’accords de partenariat locaux, ils ne pourront plus être maintenus au-delà de juin 2009. La Médiathèque subit une chute brutale des prêts de CD et de DVD, de 38 % en six ans.

Depuis juillet 2007, la Médiathèque négocie avec plusieurs communes. A ce jour, seule la ville de Verviers semble prête à signer un accord à brève échéance. En échange de la reprise du personnel, son Centre culturel deviendrait propriétaire des collections de la section locale et profiterait, notamment, du système informatique de la Médiathèque.

D’autres communes ont également marqué un intérêt. Mais elles attendaient que la Communauté française précise les conditions financières du soutien à l’emploi. Avec des subventions revues nettement à la baisse, plus d’un candidat risque de jeter l’éponge. Du côté syndical, on s’irrite. « Fadila Laanan a mangé sa parole, constate Driss Sebti (Setca). Elle nous avait pourtant formellement promis ces subventions-emploi. De plus, elle a laissé pourrir le dossier pendant des mois. Nous avons perdu une année précieuse. Quant à la direction, elle a été bien trop attentiste face au silence de la ministre ».

Au cabinet, de la ministre Laanan, le discours est très différent. « Nous nous sommes engagés l’an dernier à favoriser la reprise de centres de prêt mais sans évoquer des montants précis, explique son porte-parole, Pascal Sac. De plus, malgré la diminution du nombre d’emplois et la perspective de transferts de certains centres, nous avons majoré de 500.000 euros la subvention de la Médiathèque. Et nous venons de proposer un montant de 200.000 euros pour permettre la reprise de huit centres de prêts. A cela s’ajoutent des subsides importants pour les repreneurs, liés à l’emploi dans le non marchand ».

A la Médiathèque, on croise les doigts. « C’est au plus tard pour le 30 juin 2009 qu’il faut trouver un maximum de partenaires, affirme Claude Janssens. Si nous ne poursuivons pas la diminution de la masse salariale, c’est toute la Médiathèque qui ira au-devant de graves difficultés ».